À la Une

Modeste Boukadia demande l’annulation de l’élection du 21 mars 2021

Au vu des reportages dans les médias, le peuple congolais ne s’est pas déplacé en masse lors de cette élection pour laquelle nous défendions activement l’idée de la désobéissance civile afin de ne pas tomber dans ce scénario joué d’avance consistant à annoncer la victoire du candidat éternellement en place.
Le décès de Guy Brice Parfait Kolélas vient encore, si besoin en était, nous rappeler l’utilité des combats que nous menons pour  la renaissance de notre République, tant attendue et tant désirée, mais que ne cessent d’éluder ceux du PCT.

Par conséquent, moi, Modeste Boukadia, président du CDRC, je demande au Président du Conseil constitutionnel de nous dire le droit relatif à l’élection présidentielle, notamment en son article 70 sur l’invalidation de l’élection en cas de force majeure. Et cette mort brutale d’un des candidats en lice qui était le plus en vue en est assurément un.

J’en appelle par ailleurs au peuple congolais pour qu’il reste calme et ne donne pas l’occasion à ceux qui sont à la tête de ce régime et au premier d’entre eux, M. Sassou Nguesso, d’embraser une nouvelle fois notre pays.

Comment comprendre sinon que M. Sassou Nguesso, en dépit de tout bon sens, ait autorisé la tenue de telles élections pour se maintenir au pouvoir alors que, du fait de sa gouvernance calamiteuse depuis plusieurs décennie, il aura rendu le pays inapte et rétif à tout développement économique et qu’il se sera montré incapable d’œuvrer pour épanouissement de ses citoyens ?
Comment comprendre également que Monsieur Firmin Ayessa, ministre de son état dans le gouvernement de M. Sassou Nguesso, dans ses propos lors d’un meeting public à Owando en date du 16 mars 2021, se soit autorisé à menacer verbalement M. Guy-Brice Parfait Kolélas, candidat à la présidence de notre République et M. Jean Jacques Yhombi, son colistier dans cette campagne ?
Ces faits sont très graves et doivent faire l’objet d’une enquête indépendante car si l’hypothèse du Covid-19 est mise en avant, des sources non moins crédibles font, elle, état d’un empoisonnement.

Funeste mois de mars ! M. Guy Brice Parfait Kolélas serait décédé à minuit entre le dimanche 21 mars, date de la tenue du premier tour des élections, et le lundi 22 mars : doit-on voir un malencontreux hasard dans le fait que Guy-Brice Parfait Kolélas soit décédé la veille du 22 mars, date-anniversaire de l’assassinat du Cardinal Émile Biayenda ? L’avenir sans doute ne manquera de nous éclairer sur ce fait-là aussi.

Au nom du peuple congolais, et avec solennité, je demande la tenue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville, seule issue à même de consolider notre peuple aujourd’hui éparpillé et de poursuivre ce qu’ont tenté de faire au cours de cette élection MM. Guy-Brice Parfait Kolélas et Jean Jacques Yhombi à qui je rends un vibrant hommage pour leur action salvatrice en faveur de notre pays et de notre démocratie.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.

Paris, le 22 mars 2021 – 20:05

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès de Guy-Brice Parfait Kolélas, candidat à l’élection présidentielle du 21 mars 2021

Ce 22 mars 2021, le CDRC vient d’apprendre avec consternation le décès de M. Guy-Brice Parfait Kolélas, président de Yuki et candidat à l’élection présidentielle du 21 mars 2021.

Le CDRC regrette que l’engagement dans la vie politique au Congo se solde toujours par des pertes des vies humaines et surtout par ceux qui luttent pour apporter un mieux-être au peuple.

Le CDRC et en mon nom personnel présente ses condoléances les plus attristées et les plus émues à la famille biologique, à la famille élargie, à sa famille politique et à l’opposition congolaise.

Que son âme repose en paix et que la Terre des Ancêtres l’accueille.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 22 mars 2021- 10:05

À la Une

Élections au Congo-Brazaville : « Cette mascarade va durablement changer la face du pays »

Denis Sassou-Nguesso
AFP

Entretien
Élections au Congo-Brazaville : « Cette mascarade va durablement changer la face du pays »

Par Alain Léauthier
Publié le 20/03/2021 à 19:31

Le président Denis Sassou-Nguesso est candidat à un quatrième mandat ce dimanche 21 mars. Modeste Boukadia, ancien candidat, dénonce auprès de Marianne une « farce » et appelle au boycott du scrutin.

Lire l’article ici : https://www.marianne.net/monde/afrique/elections-au-congo-brazaville-cette-mascarade-va-durablement-changer-la-face-du-pays

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : compte tenu de l’état de santé de Guy Parfait Kolélas évacué en France, Modeste Boukadia appelle au sursaut national

Nous apprenons que l’état de santé de Guy Parfait Kolélas est très préoccupant.

Du fait de sa double nationalité française et congolaise, il est tout à fait légitime de procéder à son évacuation en vue de prévenir les sentiments de frustration dans le pays..
Le CDRC félicite les Autorités françaises d’avoir pris cette décision pour des raisons de sécurité.

Nous rappelons que M. Sassou Nguesso a instrumentalisé l’ethnisation au Congo Brazzaville. Ce qui laisse entendre que Guy Parfait Kolélas est considéré, à tort ou à raison, comme le candidat du sud et MM. Mathias Dzon, celui des Plateaux et de la Cuvette-Ouest, Albert Oniangué, celui des Mbossi de Boundji, de la Sangha et celui de la Likouala et Denis Sassou Nguesso celui des Mbossi d’Oyo et d’Ollombo et de Tchambitcho.

L’état de santé de Guy Parfait Kolélas et son évacuation sanitaire en Europe posent un problème grave pour le scrutin du 21 mars 2021 dont les candidats sont désormais entièrement originaires du Nord du Congo. Dans un contexte d’ethnisation où les populations votent pour le candidat de l’ethnie, cette mascarade sera considérée essentiellement comme l’élection du Nord du Congo.

M. Sassou Nguesso, qui va s’auto-proclamer président élu par fraude massive comme cela s’est déjà vue avec le vote anticipé des militaires sera, une fois de plus,considéré comme le Président du Nord du Congo.

Le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo rappelle que pour l’unité du pays, l’élection doit être transparente et nécessite pour cela l’organisation du recensement général de la population et de l’habitat, la mise à disposition des cartes nationales d’identité pour les Congolais autochtones et l’établissement de cartes et de listes électorales non contestables.

Le scrutin électoral de mars 2021 découplé en deux phases, le 17 mars pour le vote des agents des forces de souveraineté et le 21 mars pour les autres citoyens, est une tromperie à laquelle M. Sassou Nguesso doit mettre fin pour faire place à la Conférence Internationale des Nations Unies qui pourra préserver des vies.

Toutefois, compte tenu de l’état où se trouve le Congo, Modeste Boukadia, président du CDRC, souligne que tous les partis politiques doivent être parties prenantes à l’union nationale et doivent tous faire face aux défis que doit relever le peuple congolais. Il y va de l’intérêt de notre République.

Le CDRC et son président lui souhaitent un prompt rétablissement.

Que vienne enfin la renaissance du Congo et que flotte un parfum de liberté sur tout le territoire !

Modeste Boukadia
Président du CDRC

Paris, le 20 mars 2021 – 19:32

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : suite aux tirs d’armes automatiques dans la zone nord de Brazzaville, Modeste Boukadia appelle à l’arrêt du scrutin du 21 mars 2021

Nous venons d’apprendre que des tirs d’armes automatiques nourris ont été entendus à Talangaï, au lycée Agostino Neto (zone Nord de Brazzaville), où le vote anticipé des militaires du 17 mars 2021 a été suspendu. Il s’en est suivi une situation très confuse. Ce vote faisant partie intégrante de la mascarade électorale du 21 mars 2021.

Lorsqu’au cours d’un scrutin, comme celui des présidentielles du 21 mars 2021, les votes sont suspendus dans un certain nombre de bureaux de votes, voire des zones privées de votes pour diverses raisons, le scrutin devrait purement et simplement être stoppé, net.

Le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) appelle à l’arrêt de toutes les opérations de vote et demande à Monsieur Denis Sassou Nguesso d’annuler cette farce électorale.

Le CDRC réaffirme qu’il est plus que jamais du côté du peuple qui applique DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET PACIFIQUE afin de préserver des vies et de permettre la renaissance du Congo et que le parfum de liberté flotte à jamais sur l’ensemble du territoire.

Modeste Boukadia

Paris, le 17 mars 2021

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : l’obligation de réserve des migrants ou des réfugiés dans la vie politique du pays d’accueil, le Congo

Le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) rappelle que l’implication directe des migrants centrafricains, tchadiens et autres basés au Nord du Congo dans la vie politique du Congo va à l’encontre des principes de droit international consacrés par la Convention de Genève du 28 Juillet 1951 et son Protocole de 1967 d’une part, et par la Convention de l’OUA de 1969 régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique, d’autre part.

Lors du passage de monsieur Sassou Nguesso à Impfondo (région de la Likouala), les migrants centrafricains et autres ont nettement manifesté publiquement leur soutien à « leur candidat Sassou Nguesso ». Ils entendent voter pour lui. A quel titre, cependant ?

Il s’agit là d’une ingérence illégale, périlleuse et intolérable dans la vie politique du Congo, un pays souverain qui risque de porter préjudice aux relations de bon voisinage.

Que le Congo soit une république bananière par la politique menée par le régime de M. Sassou Nguesso et le PCT, il va de soi, il n’en demeure pas moins cependant que ces migrants s’exposent à une sanction juridique sévère après son retour dans le concert des États de droit.

Les patriotes congolais, responsables et éclairés, condamnent cette manière de brader le pays, de violer son intégrité politique.

Enfin, pour cette farce et cette mascarade, le CDRC appelle le peuple congolais à la DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET PACIFIQUE pour permettre la renaissance du Congo et que le parfum de liberté flotte sur l’ensemble du territoire.

Modeste Boukadia

Paris, le 17 mars 2021

À la Une

Modeste Boukadia face à l’histoire de l’élection 2021

Au cours de l’émission Ebaka show spécial « Élection présidentielle » au Congo Brazzaville, le président du CDRC, Modeste Boukadia s’est exprimé sur la désobéissance civile et appelé les militaires congolais de ne pas obéir à l’ordre non moral en RESTANT CHEZ EUX le 17 mars 2021 comme le peuple le 21 mars 2021. Il a mis en exergue que tous les Congolais de la diaspora doivent rentrer au pays afin qu’ils participent à la renaissance du Congo.

À la Une

Modeste Boukadia : « L’élection de mars 2021 est une farce »

L’élection de mars 2021 est une farce. On ne décrète pas une élection présidentielle en 1 mois. Arrêtez cette mascarade pour sauver des vies.

CDRC Editor
Paris, le 05 mars 2021. Mis à jour le 06/03/2021 – 10h32

À la Une

La désobéissance est un droit, les Congolais doivent l’exercer le 21 mars 2021

La désobéissance est un droit, les Congolais doivent l’exercer le 21 mars 2021. Que les Forces Armées Congolaises se souviennent de nos officiers et sous-officiers disparus…

Colonel Basile OSSOMBO
Général Blaise ADOUA
Lieutenant Prosper MATOUMPA-MPOLO
Commandant François-Xavier KATALI
Capitaine Luc KIMBOUALA-NKAYA
Colonel Marcel TSOUROU
Capitaine Barthélémy KIKADIDI
Sergent-chef ONTSOU
Lieutenant MBORO
Commandant Michel KIYINDOU
Capitaine Albert MIAWAMA
Sergent Jean-Claude BAKEKOLO
Lieutenant Alphonse MANTESSA
Lieutenant Pierre KINGANGA
Sergent-chef Jean-Pierre OLOUKA
Lieutenant Ange DIAWARA BIDIE
Lieutenant Jean-Baptiste IKOKO
Général Yves MOTANDO-MONGO
Général Emmanuel AVOUKOU

Note : cette liste n’est pas exhaustive…
CDRC Editor
Paris, le 04 mars 2021

À la Une

Modeste Boukadia appelle à une désobéissance civile

Modeste Boukadia appelle le peuple à la désobéissance civile. Le Président du CDRC demande au peuple congolais de ne pas aller voter le 21 mars prochain et appelle à une désobéissance civile.

CDRC Editor
Paris, le 04 mars 2021