« OUI MON MARI EST EN DANGER DE MORT ! » Interview exclusive : Mme Boukadia Parle !

Âgé 62 ans, Modeste Boukadia, leader d’un petit parti d’opposition – le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) – vit des heures difficiles. Condamné à 30 ans de travaux forcés, incarcéré depuis 15 mois, sa santé s’est considérablement dégradée à la maison d’arrêt de Pointe-Noire. Son épouse a reçu « Congo Intelligence » dans le cabinet de son avocate parisienne, maître Clamagirand, afin de faire un point précis de la situation sanitaire et judiciaire de son mari. Une certitude, après le décès de Marcel Tsourou, le cas Boukadia pose bien des questions sur le fonctionnement de la justice congolaise et aussi sur le peu d’intérêt porté par la France au sort de l’un …de ses concitoyens. Lire la suite

«Nous avons de bons hôpitaux au Congo» dit Pierre Mabiala. Avons-nous des ministres impartiaux?

C’est un véritable acharnement à nier le Droit auquel se livre le ministre de la Justice congolais Pierre Mabiala. Un acharnement dont la victime est Modeste Boukadia, homme politique congolais, innocent devant la loi et les faits. Pour des raisons difficilement justifiables du point de vue légal, Pierre Mabiala refuse un procès à un homme innocent, maintient cet homme en prison depuis plus d’un an, refuse tout jugement à son encontre, refuse d’enquêter sur une tentative de meurtre à l’encontre de ce prisonnier politique et refuse son évacuation sanitaire malgré son état de santé précaire. Lire la suite

Libération inconditionnelle immédiate du Président Boukadia et de ses 14 Compagnons d’Honneur

COMMUNIQUE DE PRESSE

Libération inconditionnelle immédiate du Président Boukadia et de ses 14 Compagnons d’Honneur. Le 20 juin 2016, M. Mabiala, ministre de la Justice, faisant fi de toute considération juridique, s’est permis d’annuler la décision prise par la Cour d’Appel de Pointe-Noire dans son audience du 20 juin 2016, décision qui ordonnait la libération de M. Modeste Boukadia sans autre forme de procès ! –

M. Modeste Boukadia, Président du C.D.R.C. a été incarcéré depuis le 15 janvier 2016 à la Maison d’arrêt de Pointe-Noire sans que le motif lui ait été clairement signifié.


Le 20 juin 2016, M. Mabiala, ministre de la Justice, faisant fi de toute considération juridique, s’est permis d’annuler la décision prise par la Cour d’Appel de Pointe-Noire dans son audience du 20 juin 2016, décision qui ordonnait la libération de M. Modeste Boukadia sans autre forme de procès !


Comment peut-on assigner à résidence en le privant de sa liberté de mouvement et de sortie de territoire, voire de déplacements à l’intérieur même du Congo, un homme qui a été arrêté le 15 janvier 2016 à son retour à Brazzaville, venant de France en lui opposant sa condamnation par contumace du 9 avril 2014 aux mêmes motifs que la condamnation du même jour de ses 14 compagnons, motifs reconnus irrecevables au regard du Droit International par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, le 14 novembre 2014 et signifiés au Président Sassou et à toute la Communauté Internationale, le 23 décembre 2014 ?


Ineptie totale des "Carambouilleurs" de Brazza et de ses soutiens "Hexagonaux" qui vont perdre définitivement la face au regard de la Communauté Internationale dont les USA et l’UE, si ne n’est déjà fait depuis fort longtemps !


Il faut bien comprendre que le problème fondamental n’est pas de "poursuivre la magouille" mais de "faire cesser la magouille" pour que cesse enfin la pression du maitre-chanteur sur ceux qui savent qu’ils lui sont redevables.


La question n’est pas de faire expier le passé, mais de faire cesser définitivement que le passé prenne en otage le futur en faisant perdurer le chantage pour le malheur de ceux qui sont déjà dans le malheur par les exactions passées.

La seule chance pour Tous, c’est qu’il existe un Homme de probité, le Président Modeste Boukadia, un Homme qui sourit avec grandeur et conscience de ces inepties "d’hors-la-loi sans parole" dont on n’entend jamais la langue ni rien quant aux écrits, pas seulement en interne vu d’outre-équateur, mais en hexagonal où l’on fait tout pour que ça change sans rien changer bien sûr pour soi-même !


Comment peut-on libérer une personne séquestrée pour aucun motif autre que ceux reconnus illégitimes par la Communauté internationale, si ce n’est de fait libérer un otage sans le libérer en le privant de sa liberté de mouvement ?


Comment peut-on expliquer un tel silence médiatique sur l’échiquier central franco-hexagonal de la condamnation ubuesque à trente ans de travaux forcés du Président Modeste Boukadia, cela contre l’avis de la Communauté Internationale via l’ONU ?


A Bon Entendeur, Salut 

Paris, Terre des Droits de L’Homme, le 24 juin 2016
Georges Maltret
Conseiller accrédité près le Président Modeste Boukadia

Conférence de presse du président du C.D.R.C., lors de sa visite au Kouilou du 24 au 29 novembre 2012

Modeste BOUKADIA s’était livré au jeu de questions avec le journaliste Christian Perrin de la Télé Pour Tous (TPT) pendant l’émission “Invité de la presse” au cours de laquelle le président du C.D.R.C. a condamné de manière ferme la formation du gouvernement et du Haut Commandement Militaire dont les membres sont issus à 98% de la tribu de M. Denis Sassou Nguesso. Il a insisté que :

Cette situation favorise la partition du Congo. Ce faisant, M. Sassou Nguesso applique sa politique de la réconciliation inter-nordiste en transférant la présidence de la République dans son village d’Oyo où il tient les Conseils de ministres. Avec un gouvernement constitué à 98% des membres de sa tribu et un Haut Commandement Militaire taillé sur mesure où 98% des généraux sont aussi issus de l’Alima, M. Denis Sassou a bel et bien mis en place la République du Nord Congo. Il devient la cause et le responsable de la partition du Congo.” a-t-il ajouté.

Toutefois, le Président du C.D.R.C. a appelé le Peuple du Congo qui a rejeté les “fausses élections législatives de juillet 2012” en infligeant un CARTON ROUGE au PCT par une abstention forte et massive de 96% de se mettre en ordre de bataille pour que le Congo reste UN et INDIVISIBLE.

Modeste BOUKADIA a ajouté que :

Le Congo, les Congolaises et les Congolais ne se laisseront pas faire un énième coup d’Etat qu’organise en sourdine le Parlement congolais nommé par décret présidentiel par la modification de la Constitution pour transformer le Congo en une monarchie tribale.

Cependant, le C.D.R.C. continue d’appeler à la formation d’un Gouvernement d’Union Nationale pour rendre l’Unité et la Réconciliation nationales possibles et éviter ainsi toute tentative d’une confédération du pays.

Lancement du nouveau site du CDRC

publié le 13 avr. 2013 à 18:49 par Congo Sangha

Suite aux récentes déclarations de Modeste Boukadia, président du CDRC, le site internet officiel du CDRC, www.congo-sangha.com, mis en ligne depuis 2010, a subit une attaque criminelle par des pirates non encore identifies. L’Equipe du CDRC travaille pour rétablir le site internet. En attendant, en ces temps critiques pour l’avenir de notre Congo, nous voulonss faire en sorte que le programme du CDRC reste disponible en ligne. C’est la raison pour laquelle la rédaction du CDRC a lancée ce deuxième site. 

La liberté d’expression ne saurait être entravée. Retrouvez l’intégralité du programme du CDRC sur ce site.