Congo-Brazzaville – La forfaiture judiciaire de Pierre Mabiala‏

"Cas Modeste Boukadia": Le Ministre de la Justice Pierre Mabiala viole par 2 fois la Constitution du Congo  :

  • en violant l’indépendance de la justice en empêchant l’application d’une decision prise par le juge de Pointe-Noire.
  • en empêchant la liberation de Modeste Boukadia, en prison depuis plus de 4 mois, sans avoir jamais été notifié des charges retenues contre lui. 

Chronique du regard intrigué d’un béotien sur le Pourvoi en Cassation de M. Pierre Mabiala, ministre de son état contre M. Modeste Boukadia, ou l’illusoire et vaine recherche des avancées dans cette nouvelle république née de cette nouvelle constitution de novembre 2015.

On aurait pu en faire une satire et en rire, si nombreux n’étaient pas les congolais qui en souffrent ! "Allons seulement !", telle était leur leitmotiv plein d’entrain nous promettant l’exemplarité  : "la nouvelle constitution, voyez-vous, consacrera la séparation des pouvoirs et garantira les libertés individuelles", disaient-ils doctement !

Qu’en-est-il à l’épreuve du "Cas Modeste Boukadia" comme ils affectionnent à le dire ?

Il nous faut nous rendre à cette douloureuse évidence : avoir voulu escamoter le débat mené par M. Modeste Boukadia, celui de revisiter notre Histoire dans ses méandres les plus circonvolus pour en tirer les conclusions qui s’imposent, n’aura pas permis aux citoyens congolais que nous sommes, de se faire une nette idée du gouffre dans lequel nous barbotons et donc, des solutions idoines pour en sortir.

L’ethnie, depuis 1968, est devenue le lieu où se fabrique la politique dite nationale. Et c’est en ce point crucial de l’impunité que butte tout renouvellement de paradigme qui affranchirait le Congo des Demons qui l’ont toujours tiraillé dans la gestion des choses de l’Etat, un État de droit, s’entend.

Dans la pratique du Droit et nonobstant le tout nouveau texte constitutionnel, avec M. Pierre Mabiala, ministre de La Justice, comme avec son prédécesseur d’ailleurs, le citoyen congolais reste assujetti à l’arbitraire ethno-clanique : des aveugles murmurant aux oreilles de sourds sur le chemin à suivre.

Aussi se demande-t-on de qui exactement M. Pierre Mabiala tient ses ordres. Quel plan secret exécute-t-il, et pour le compte desquels il l’anime lorsqu’il influe sur une procédure judiciaire qui n’est pas de son ressort, au poste qu’il occupe !

Bons Seigneurs, accordons-lui la préférence partisane pour celui qui l’a fait prince de nos libertés, M. Denis Sassou Nguesso. Si c’est de lui que vient ce Pourvoi en Cassation, alors il se dédie mais, pourrait-on ajouter, il n’est pas plus à cela près. Si c’est en serviteur zélé de son commanditaire, pour porter cette république qu’on nous aurait vanté, exemplaire, alors ils sont vraiment loin du compte !

Selon les textes qui régissent cette nouvelle république de novembre 2015,  M. Modeste Boukadia n’a pas à être embastillé et devrait être libéré immédiatement et sans autre forme de procès ! Agir autrement c’est poussé dans la contradiction, le ridicule en un point inégalé.

L’arrestation de M. Modeste Boukadia, son maintien en prison et maintenant ce Pourvoi en Cassation, focalise un acharnement qui laisse poser la "question prioritaire de constitutionnalité" : Par quoi, par qui donc le citoyen congolais doit-il voir sa liberté garantie ? A ce texte constitutionnel qu’on nous avait fait miroiter comme étant l’aboutissement des intelligences préparées ? Ou est-ce, "passant par dessus la jambe", le citoyen doit-il se remettre à la bonne volonté, fut-elle ministérielle, de M. Pierre Mabiala ?

Qui pour faire respecter les articles 11, 168 et 169 de la constitution de cette nouvelle république ? Celui qui les bafoue sans l’ombre d’un doute ? À se demander si l’Avocat Pierre Mabiala avait lu les textes qui l’ont fait Ministre de la Justice !

"Tous les cadavres dans mon placard ne sont pas les miens", dixit M. Denis Sassou Nguesso, répondant à une forte inquiétude de M. Jacques Chirac sur la versatilité de ses opposants congolais qui disent le sens du vent.

Le compas dans l’œil et la règle en main, nous, nous discernerons avec zèle et justesse, à la mesure de chacun, car "Toute vie étant une vie, tout tort causé à une vie exige réparation […]" Charte du Manden Nouveau, 1ère proclamation des droits humains, faite en 1222 par Soundjata Keïta.

"La bête est à Dieu, mais la bêtise est à l’homme." De ce fait, il appartient à M. Denis Sassou Nguesso, de voir ce qu’il en est de sa créature car demain, il n’en ira plus seulement du miséreux peuple congolais dans l’état dans lequel il est maintenu mais aussi, de son choix à lui, sur la façon qu’il aimerait être enterré : debout, assis, allongé où éparpillé …

Nous,
Nous guettons
Nous jaugeons
Nous agissons

Théophile MBEMBA

Une réflexion sur “Congo-Brazzaville – La forfaiture judiciaire de Pierre Mabiala‏

  1. congo dieto

    A peine "votee" déjà violée, cette nouvelle constitution, une
    nouvelle chemise de Sassou, du PCT, a peine changée et déjà souillée.
    le changement de république n'engage que ceux qui y croient. Nous
    constatons que ceux qui sont arrivés au Pouvoir, Sassou et les
    dirigeants du PCT, le sont arrivés en commettant un génocide. Ils
    méprisent le droit et les droits de l'homme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s