À la Une

Message au Peuple du Congo à l’occasion de la Proclamation de la République, le 28 novembre 1958

CONGOLAISES, CONGOLAIS,

Ce message, je l’adresse à vous mes sœurs, à vous mes frères, à vous mes chers compatriotes. Nous Tous représentons l’ensemble du Peuple du Congo.

Oui, nous avons été humiliés, bafoués, affamés, assassinés, mais malgré tout cela nous sommes debout, fiers et vivants, avec la volonté farouche de nous redresser, de nous relever, de renaître de nos cendres et tous à l’unisson, la main dans la main, nous nous attèlerons à la reconstruction de notre cher pays.

Sachez que malgré ces 575 jours de détention arbitraire, injuste où l’on a tenté de m’assassiner, je ne ressens aucune haine, aucune vengeance au fond de moi.

Seul le Congo est important à mes yeux, seul le Congo, que je porte sur mes épaules et au plus profond de mon être depuis des décennies, fait battre mon cœur, et le bonheur de mon Peuple est la seule chose qui m’anime et m’importe.

Je vous le dis fermement, il faut mettre un terme DEFINITIF à la violence et à ce régime autocratique.

La terre du Congo a été, pendant de trop longues années, arrosée du sang de ses enfants, il faut que tout cela cesse. Alors avec vous mes sœurs, mes frères et mes chers compatriotes, proclamons ensemble, à l’unanimité, la promesse de garder une attitude toujours positive, sans chercher les règlements de compte et la chasse aux sorcières, dans l’unique but de préserver l’intérêt NATIONAL.

Les mutations ne s’improvisent pas, commençons à travailler sur la CONFERENCE INTERNATIONALE que j’appelle de mes vœux et dont l’objectif sera la mise en place du futur gouvernement qui exécutera, dans l’Union, le PROGRAMME COMMUN de GOUVERNEMENT.

À cette Conférence Internationale nous inviterons le FMI, la Banque Mondiale, les Clubs de Londres et de Paris. Nous commanderons à des organismes internationaux un audit sur l’état de santé de notre économie et de nos finances. Nous exigerons aussi la présence des créanciers du Congo qui devront justifier, preuves à l’appui, non seulement leurs créances mais aussi en motiver les raisons ainsi que les taux d’intérêt en découlant.

Pour la première fois dans l’histoire du Congo, relevons le défi, osons et allons vers le Nouveau Monde, vers L’UNION NATIONALE.  Ce Programme Commun de Gouvernement ne mènera en aucun cas une politique clanique, tribale, ethnique, régionale et à l’exclusion des autres. Son unique but est de créer une politique démocratique pour le Congo qui ira de l’extrême Nord à l’extrême Sud, cohérente, sans oublier une seule parcelle du territoire.

Pour faire entrer le Congo dans ce Nouveau Monde, nous donnerons aux régions une AUTONOMIE ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE, pour aboutir à une DECENTRALISATION COMPLETE.

Seuls les pouvoirs régaliens assureront et garantiront la cohésion nationale.

Le Congo prospèrera enfin dans un Etat de Droit, de Justice et de Liberté où chacun, sans exception, pourra accéder à la Santé, à l’Education, à la Formation professionnelle, au Logement, à la Sécurité, à l’Agroalimentaire biologique, aux Transports en désenclavant les régions par la construction des voies de communication pour développer notre Marché intérieur ainsi que le développement du Numérique sur tout le territoire.

Mes chères Sœurs, mes chers Frères, mes chers Compatriotes, c’est vrai que le chantier qui nous attend est énorme. Il y a des carences dans pratiquement tous les secteurs d’activités, mais je vous connais, et je connais aussi votre volonté et votre ténacité, nous redonnerons confiance aux nôtres pour croire en l’avenir, et je suis persuadé que nous arriverons tous ensemble à redonner à notre cher Congo la place qu’il mérite parmi les nations développées et démocratiques.

Oui, Ensemble Construisons L’Avenir « Nous le pouvons pour le Congo ».

Vive la République

Vive le Congo

Je vous remercie.

Modeste Boukadia, Président du C.D.R.C.

Le 28 novembre 2017

Message to the People of Congo on the commemoration of the Proclamation of the Republic, on November 28, 1958

Fellow Congolese People,  

This message is addressed to you, my Sisters, to you my Brothers, to All of you my dear Compatriots. All of Us we represent the entire People of Congo. 

Yes, we have been humiliated, denied our rights, starved, murdered, but, despite all of that, we are standing, proud and alive, with the indomitable will to get back on our feet, to recover, to rise from our ashes, and, all together, hand to hand, we will work to rebuild our beloved country.  Lire la suite

Officiel : Conférence Internationale sur la Crise du Congo #CDRC #Congo

OFFICIEL : CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA CRISE DU CONGO #CDRC #CONGO

Le Président Modeste Boukadia demande à la communauté internationale la tenue d’une conférence internationale sur la crise du Congo pour sortir ce pays de l’impasse dans laquelle le pouvoir illégitime de Brazzaville l’a enlisé. #CriseCongoBrazzaville Lire la suite

Entretien Exclusif – Le Dr Nadine Boukadia lance un Avis de recherche contre Jean-Claude Toutissa

#AffaireBoukadia. Lors d’un entretien exclusif sur Ziana TV, Mme Nadine Boukadia, l’épouse de M. Boukadia, a lancé un avis de recherche pour retrouver le Président du Tribunal Jean-Claude Toutissa. En effet, M. Toutissa a disparu depuis un mois, sans laisser de traces, refusant ainsi de signer un jugement qu’il a lui-même prononcé contre un citoyens innocent, Modeste Boukadia. Lire la suite

Congo : Pierre Mabiala fait condamner Sassou Nguesso

Pierre Mabiala voulait à tout prix son procès. Il l’a eu... Il tenait sa victime : Modeste BOUKADIA, pour mériter sa place et son titre.

Mais, connaissant le cynisme de Sassou Nguesso, il a dû ne pas vouloir que tous ces procès soient sous le commandement et le contrôle de son oncle Emmanuel Yoka, pour ne pas lui faire porter la laideur de leurs cynisme et barbarie. Il a donc attendu  et voulu que ce procès soit organisé par un ministre sudiste, en l’occurrence originaire des pays du Niari comme Pierre Mabiala, d’autant que l’UPADS, qu’on le veuille ou non, mène la barque à la tête du gouvernement, en la personne de Clément MOUAMBA, Premier ministre. Ceci, pour envenimer les antagonismes entre ces différentes régions du sud. Lire la suite

Congo-Brazzaville, Quand l’Arbitraire juge les Justes

« Si un gouvernement emprisonne injustement, la place de l’homme juste est aussi en prison » Henry David Thoreau (1817-1862), Philosophe américain, auteur d’un essai sur « La Désobéissance civile », il y témoigne d’une opposition personnelle face aux autorités esclavagistes de l’époque contre la ségrégation raciale. Lire la suite

Correctif du comité du CDRC à la lettre du collectif Sassoufit auprès du Ministre français de la Justice

Le 6 Mars 2017, le Collectif Sassoufit a prit la liberté d’écrire au ministre francais de la Justice Jean-Jacques Urvoas, pour le sensibiliser sur la situation de Modeste Boukadia, President du CDRC, en prison au Congo Brazzaville, sans aucun jugement.

Nous avons remercié fraternellement le Groupe #Sassoufit pour son action en defense des libertés individuelles. Ceci étant nous avions tenu à rectifier certains points qui historiquement n’etaient pas exacts. Voici notre lettre ci-dessous publiée à l’idendique par le Groupe #Sassoufit. Lire la suite

« OUI MON MARI EST EN DANGER DE MORT ! » Interview exclusive : Mme Boukadia Parle !

Âgé 62 ans, Modeste Boukadia, leader d’un petit parti d’opposition – le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) – vit des heures difficiles. Condamné à 30 ans de travaux forcés, incarcéré depuis 15 mois, sa santé s’est considérablement dégradée à la maison d’arrêt de Pointe-Noire. Son épouse a reçu « Congo Intelligence » dans le cabinet de son avocate parisienne, maître Clamagirand, afin de faire un point précis de la situation sanitaire et judiciaire de son mari. Une certitude, après le décès de Marcel Tsourou, le cas Boukadia pose bien des questions sur le fonctionnement de la justice congolaise et aussi sur le peu d’intérêt porté par la France au sort de l’un …de ses concitoyens. Lire la suite