À la Une

Déchirer notre drapeau est un outrage à la République

Modeste BOUKADIA@MBOUKADIA
Déchirer notre drapeau reconnu par les Nations Unies, c’est mépriser la République au lieu de s’attaquer au pouvoir de M. Sassou… Ce drapeau n’est pour rien dans les malheurs du Congo.
Je condamne fermement cet acte au nom de tous les républicains et démocrates congolais.
1:48 PM · 10 mai 2021
https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1391721764024201218?s=20

À la Une

Modeste Boukadia : « Je veux faire entendre à nouveau le rire des enfants dans tout le Congo »

VIDÉO : cliquer sur image

VIDÉO cliquer sur le lien : TLR-TV, 25/04/2021 – 05:09 
DROIT DE SAVOIR / INTÉGRALE « On ne garde pas pour longtemps le corps d’une victime du Covid-19 »
Le Député, Candidat à l’élection présidentielle de mars dernier, Guy Brice Parfait Kolélas, Président de l’UDH-YUKI, serait mort du Covid-19, à en croire la version officielle du gouvernement congolais. Non convaincu et vu les circonstances douteuses de son décès brutal, décès précédé des menaces de mort, proférées par Firmin Ayessa, vice-Premier ministre, chargé de la fonction publique, les parents de l’illustre disparu ont demandé l’autopsie du corps de la dé-cujus, les résultats se font toujours attendre, voici plus d’un mois.
Invité : Modeste Boukadia, Président du CDRC : vidéo :

À la Une

Comment Sassou Nguesso peut-il oser prêter serment devant la communauté internationale ?

Quelle indécence ! Sassou Nguesso ose prêter serment aujourd’hui, alors même que Guy-Brice Parfait Kolélas, celui qui a gagné l’élection et qui est décédé avant le vote – en vérité empoisonné – n’a pas encore été enterré et dont la dépouille mortelle est encore en France.

Sassou Nguesso se précipiterait-il s’il avait réellement gagné ?

Ceux qui assistent à cette cérémonie d’investiture à Brazzaville savent que Sassou Nguesso a été battu par un mort – le mort de trop – et qu’il n’a pas été élu. Ils sont tous dictateurs eux-mêmes ou complices des dictateurs dans ce qui reste de la Françafrique.

Comment des représentants de la France, de l’Union africaine et d’une partie de la communauté internationale peuvent-ils se permettre de participer à ce simulacre ? Comment peuvent -ils oser continuer à fermer les yeux face aux crimes de masse commis par Denis Sassou Nguesso ? Se souviennent-ils qu’il avait déjà, en d’autres temps, assassiné Marien Ngouabi et Alphonse Massamba-Débat ?

Comment la France en particulier peut-elle oser encore dissimuler les résultats de l’autopsie de Guy-Brice Parfait Kolélas, le Président élu, sous la pression du PCT et de Sassou Nguesso, l’usurpateur ?

En agissant ainsi, la France contribue à accentuer le sentiment anti-français au Congo.

Le peuple congolais sait désormais ce qu’il lui reste à faire pour se libérer et reprendre démocratiquement son pouvoir.

Dans ce combat, j’accompagnerai le peuple congolais jusqu’au bout.

Modeste Boukadia

Paris, le 16 avril 2021 – 19h30

À la Une

Le peuple ne respectera ni Sassou Nguesso, ni la constitution de novembre 2015

Modeste BOUKADIA @MBOUKADIA
Modeste Boukadia avec le peuple congolais, le 10 avril 2021 à Paris, place de la République
11:47 AM · 16 avr. 2021
https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1382994000559403008?s=20
À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : Guy-Brice Parfait Kolélas, un autre mort dans le placard de Denis Sassou Nguesso

Après le décès de Guy-Brice Parfait Kolélas, président élu à l’élection présidentielle du 21 mars 2021, le peuple congolais ne reconnaît à M. Sassou Nguesso ni la légalité permettant de gouverner le Congo-Brazzaville, ni la légitimité constitutionnelle d’être président.

Le peuple congolais constate la vacance du pouvoir au Congo Brazzaville. Dès lors s’impose un gouvernement d’union nationale et de salut public.

Le peuple congolais ne reconnaîtra ni sa prestation de serment sur sa constitution devant des juges constitutionnels dévoués et corrompus qui n’ont pas appliqué l’art.70, ni le gouvernement qui va en découler.

Le peuple congolais ne reconnaît ni la légalité, ni la légitimité de Denis Sassou Nguesso.

Modeste Boukadia

Paris, le 16 avril 2021 – 10h00

À la Une

Nous rentrons ipso facto dans une période de transition au Congo-Brazzaville

TLR-Tv :

Modeste Boukadia : « Nous rentrons ipso facto dans une période de transition au Congo-Brazzaville« 

DROIT DE SAVOIR / INTÉGRALE

PRÉSIDENTIELLE 2021 : LE SORT DU CONGO-BRAZZAVILLE SUSPENDU SUR LA DÉCISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE.

Le sort du Congo-Brazzaville, suspendu sur la décision de la cour constitutionnelle, qui devra statuer ce mardi 06 avril 2021, sur la validation ou l’annulation des résultats provisoires du premier tour de l’élection présidentielle qui s’est déroulé les 17 et 21 mars dernier, en raison non seulement de nombreuses irrégularités flagrantes et graves constatées pendant le déroulement des scrutins, mais aussi et surtout du décès d’un candidat à cette course présidentielle, Guy Brice Parfait Kolélas, pendant le processus électoral du premier tour, un décès qui nécessite l’annulation du scrutin et son report, conformément à l’article 70 de la constitution congolaise du 25 octobre 2015.

Invité de l’émission : Modeste Boukadia, Président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo.

CDRC Editor
Paris, le 6 avril 2021

À la Une

Une transition politique s’impose pour sauver l’unité du pays

Sassou Nguesso battu par un mort !

Selon la version officielle, Guy-Brice Parfait Kolélas serait mort « avant l’ouverture des bureaux de vote » bien qu’un faisceau de preuves montre qu’il est bien mort le samedi 20 mars 2021 vers 20h00 GMT soit 21h00, heure de Brazzaville.

De plus, malgré le fort taux d’abstention due à la désobéissance civile, d’après les vrais résultats compilés par le professeur de droit Désiré Moussoki, curieusement décédé le 29 mars, Guy-Brice Parfait Kolélas aurait même battu Denis Sassou Nguesso.

Henri Bouka (président de la commission nationale électorale indépendante, CNEI et président de la Cour suprême) et Auguste Iloki (président du conseil constitutionnel) vont-ils oser valider l’élection de leur parent Sassou Nguesso ?

La Cour constitutionnelle doit invalider le scrutin au regard de l’art. 70 de ma constitution de 2015 : « Si avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve définitivement empêché, la Cour constitutionnelle prononce le report de l’élection. En cas de décès ou d’empêchement définitif de l’un des candidats restés en lice pour le second tour, la Cour constitutionnelle déclare qu’il soit procédé de nouveau à l’ensemble des opérations électorales ».

C’est le cas. Denis Sassou Nguesso n’est donc plus président.

Une transition politique s’impose pour sauver l’unité du pays.

CDRC Editor
Paris, le 6 avril 2015

À la Une

LE POUVOIR EST ENTRE LES MAINS DU PEUPLE

Au cours de l’émission Ebaka show du 21 mars 2021 consacrée à l’élection présidentielle, Modeste Boukadia, qui avait appelé le peuple à la désobéissance civile et pacifique de rester CHEZ EUX, a exhorté le peuple à l’union pour la Transition Politique. Le peuple a repris sa souveraineté et son Pouvoir.

CDRC Editor
Paris, le 25 mars 2021

À la Une

21 mars 2021 : le peuple a repris pacifiquement le pouvoir par la désobéissance civile.


Le 21 mars 2021, le peuple a repris pacifiquement le pouvoir par la désobéissance civile.
L’heure arrive de la transition politique et de la renaissance du Congo. Unissons-nous !

CDRC Editor
Paris, le 24 mars 2021

À la Une

FAISONS ANNULER L’ÉLECTION DU 21 MARS 2021 !

Peuple du Congo !

A Vous Mânes du Congo !

C’est avec tristesse et amertume que je vous adresse ces paroles. Pourquoi ce sont toujours les mêmes qui payent le prix fort ? 
Peuple du Congo, selon nos traditions, pleurons dans le calme et le respect ; et dans la dignité accompagnons notre fils auprès de Tata Kolélas à Ntsouélé.
N’oubliez jamais que Parfait Kolélas n’est pas mort pour rien… Ensuite, viendra le temps !
Guy-Brice Parfait Kolélas est parti pendant ce processus électoral du 21 mars 2021.
Ce vote doit être annulé, conformément à l’article 70 de la Constitution de 2015.

Merci.

Modeste Boukadia

Paris, le 23 mars 2021 – 16:20

À la Une

Modeste Boukadia demande l’annulation de l’élection du 21 mars 2021

Au vu des reportages dans les médias, le peuple congolais ne s’est pas déplacé en masse lors de cette élection pour laquelle nous défendions activement l’idée de la désobéissance civile afin de ne pas tomber dans ce scénario joué d’avance consistant à annoncer la victoire du candidat éternellement en place.
Le décès de Guy Brice Parfait Kolélas vient encore, si besoin en était, nous rappeler l’utilité des combats que nous menons pour  la renaissance de notre République, tant attendue et tant désirée, mais que ne cessent d’éluder ceux du PCT.

Par conséquent, moi, Modeste Boukadia, président du CDRC, je demande au Président du Conseil constitutionnel de nous dire le droit relatif à l’élection présidentielle, notamment en son article 70 sur l’invalidation de l’élection en cas de force majeure. Et cette mort brutale d’un des candidats en lice qui était le plus en vue en est assurément un.

J’en appelle par ailleurs au peuple congolais pour qu’il reste calme et ne donne pas l’occasion à ceux qui sont à la tête de ce régime et au premier d’entre eux, M. Sassou Nguesso, d’embraser une nouvelle fois notre pays.

Comment comprendre sinon que M. Sassou Nguesso, en dépit de tout bon sens, ait autorisé la tenue de telles élections pour se maintenir au pouvoir alors que, du fait de sa gouvernance calamiteuse depuis plusieurs décennie, il aura rendu le pays inapte et rétif à tout développement économique et qu’il se sera montré incapable d’œuvrer pour épanouissement de ses citoyens ?
Comment comprendre également que Monsieur Firmin Ayessa, ministre de son état dans le gouvernement de M. Sassou Nguesso, dans ses propos lors d’un meeting public à Owando en date du 16 mars 2021, se soit autorisé à menacer verbalement M. Guy-Brice Parfait Kolélas, candidat à la présidence de notre République et M. Jean Jacques Yhombi, son colistier dans cette campagne ?
Ces faits sont très graves et doivent faire l’objet d’une enquête indépendante car si l’hypothèse du Covid-19 est mise en avant, des sources non moins crédibles font, elle, état d’un empoisonnement.

Funeste mois de mars ! M. Guy Brice Parfait Kolélas serait décédé à minuit entre le dimanche 21 mars, date de la tenue du premier tour des élections, et le lundi 22 mars : doit-on voir un malencontreux hasard dans le fait que Guy-Brice Parfait Kolélas soit décédé la veille du 22 mars, date-anniversaire de l’assassinat du Cardinal Émile Biayenda ? L’avenir sans doute ne manquera de nous éclairer sur ce fait-là aussi.

Au nom du peuple congolais, et avec solennité, je demande la tenue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville, seule issue à même de consolider notre peuple aujourd’hui éparpillé et de poursuivre ce qu’ont tenté de faire au cours de cette élection MM. Guy-Brice Parfait Kolélas et Jean Jacques Yhombi à qui je rends un vibrant hommage pour leur action salvatrice en faveur de notre pays et de notre démocratie.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.

Paris, le 22 mars 2021 – 20:05

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès de Guy-Brice Parfait Kolélas, candidat à l’élection présidentielle du 21 mars 2021

Ce 22 mars 2021, le CDRC vient d’apprendre avec consternation le décès de M. Guy-Brice Parfait Kolélas, président de Yuki et candidat à l’élection présidentielle du 21 mars 2021.

Le CDRC regrette que l’engagement dans la vie politique au Congo se solde toujours par des pertes des vies humaines et surtout par ceux qui luttent pour apporter un mieux-être au peuple.

Le CDRC et en mon nom personnel présente ses condoléances les plus attristées et les plus émues à la famille biologique, à la famille élargie, à sa famille politique et à l’opposition congolaise.

Que son âme repose en paix et que la Terre des Ancêtres l’accueille.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 22 mars 2021- 10:05

À la Une

Élections au Congo-Brazaville : « Cette mascarade va durablement changer la face du pays »

Denis Sassou-Nguesso
AFP

Entretien
Élections au Congo-Brazaville : « Cette mascarade va durablement changer la face du pays »

Par Alain Léauthier
Publié le 20/03/2021 à 19:31

Le président Denis Sassou-Nguesso est candidat à un quatrième mandat ce dimanche 21 mars. Modeste Boukadia, ancien candidat, dénonce auprès de Marianne une « farce » et appelle au boycott du scrutin.

Lire l’article ici : https://www.marianne.net/monde/afrique/elections-au-congo-brazaville-cette-mascarade-va-durablement-changer-la-face-du-pays

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : compte tenu de l’état de santé de Guy Parfait Kolélas évacué en France, Modeste Boukadia appelle au sursaut national

Nous apprenons que l’état de santé de Guy Parfait Kolélas est très préoccupant.

Du fait de sa double nationalité française et congolaise, il est tout à fait légitime de procéder à son évacuation en vue de prévenir les sentiments de frustration dans le pays..
Le CDRC félicite les Autorités françaises d’avoir pris cette décision pour des raisons de sécurité.

Nous rappelons que M. Sassou Nguesso a instrumentalisé l’ethnisation au Congo Brazzaville. Ce qui laisse entendre que Guy Parfait Kolélas est considéré, à tort ou à raison, comme le candidat du sud et MM. Mathias Dzon, celui des Plateaux et de la Cuvette-Ouest, Albert Oniangué, celui des Mbossi de Boundji, de la Sangha et celui de la Likouala et Denis Sassou Nguesso celui des Mbossi d’Oyo et d’Ollombo et de Tchambitcho.

L’état de santé de Guy Parfait Kolélas et son évacuation sanitaire en Europe posent un problème grave pour le scrutin du 21 mars 2021 dont les candidats sont désormais entièrement originaires du Nord du Congo. Dans un contexte d’ethnisation où les populations votent pour le candidat de l’ethnie, cette mascarade sera considérée essentiellement comme l’élection du Nord du Congo.

M. Sassou Nguesso, qui va s’auto-proclamer président élu par fraude massive comme cela s’est déjà vue avec le vote anticipé des militaires sera, une fois de plus,considéré comme le Président du Nord du Congo.

Le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo rappelle que pour l’unité du pays, l’élection doit être transparente et nécessite pour cela l’organisation du recensement général de la population et de l’habitat, la mise à disposition des cartes nationales d’identité pour les Congolais autochtones et l’établissement de cartes et de listes électorales non contestables.

Le scrutin électoral de mars 2021 découplé en deux phases, le 17 mars pour le vote des agents des forces de souveraineté et le 21 mars pour les autres citoyens, est une tromperie à laquelle M. Sassou Nguesso doit mettre fin pour faire place à la Conférence Internationale des Nations Unies qui pourra préserver des vies.

Toutefois, compte tenu de l’état où se trouve le Congo, Modeste Boukadia, président du CDRC, souligne que tous les partis politiques doivent être parties prenantes à l’union nationale et doivent tous faire face aux défis que doit relever le peuple congolais. Il y va de l’intérêt de notre République.

Le CDRC et son président lui souhaitent un prompt rétablissement.

Que vienne enfin la renaissance du Congo et que flotte un parfum de liberté sur tout le territoire !

Modeste Boukadia
Président du CDRC

Paris, le 20 mars 2021 – 19:32

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : suite aux tirs d’armes automatiques dans la zone nord de Brazzaville, Modeste Boukadia appelle à l’arrêt du scrutin du 21 mars 2021

Nous venons d’apprendre que des tirs d’armes automatiques nourris ont été entendus à Talangaï, au lycée Agostino Neto (zone Nord de Brazzaville), où le vote anticipé des militaires du 17 mars 2021 a été suspendu. Il s’en est suivi une situation très confuse. Ce vote faisant partie intégrante de la mascarade électorale du 21 mars 2021.

Lorsqu’au cours d’un scrutin, comme celui des présidentielles du 21 mars 2021, les votes sont suspendus dans un certain nombre de bureaux de votes, voire des zones privées de votes pour diverses raisons, le scrutin devrait purement et simplement être stoppé, net.

Le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) appelle à l’arrêt de toutes les opérations de vote et demande à Monsieur Denis Sassou Nguesso d’annuler cette farce électorale.

Le CDRC réaffirme qu’il est plus que jamais du côté du peuple qui applique DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET PACIFIQUE afin de préserver des vies et de permettre la renaissance du Congo et que le parfum de liberté flotte à jamais sur l’ensemble du territoire.

Modeste Boukadia

Paris, le 17 mars 2021

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE : l’obligation de réserve des migrants ou des réfugiés dans la vie politique du pays d’accueil, le Congo

Le Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) rappelle que l’implication directe des migrants centrafricains, tchadiens et autres basés au Nord du Congo dans la vie politique du Congo va à l’encontre des principes de droit international consacrés par la Convention de Genève du 28 Juillet 1951 et son Protocole de 1967 d’une part, et par la Convention de l’OUA de 1969 régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique, d’autre part.

Lors du passage de monsieur Sassou Nguesso à Impfondo (région de la Likouala), les migrants centrafricains et autres ont nettement manifesté publiquement leur soutien à « leur candidat Sassou Nguesso ». Ils entendent voter pour lui. A quel titre, cependant ?

Il s’agit là d’une ingérence illégale, périlleuse et intolérable dans la vie politique du Congo, un pays souverain qui risque de porter préjudice aux relations de bon voisinage.

Que le Congo soit une république bananière par la politique menée par le régime de M. Sassou Nguesso et le PCT, il va de soi, il n’en demeure pas moins cependant que ces migrants s’exposent à une sanction juridique sévère après son retour dans le concert des États de droit.

Les patriotes congolais, responsables et éclairés, condamnent cette manière de brader le pays, de violer son intégrité politique.

Enfin, pour cette farce et cette mascarade, le CDRC appelle le peuple congolais à la DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET PACIFIQUE pour permettre la renaissance du Congo et que le parfum de liberté flotte sur l’ensemble du territoire.

Modeste Boukadia

Paris, le 17 mars 2021

À la Une

Modeste Boukadia face à l’histoire de l’élection 2021

Au cours de l’émission Ebaka show spécial « Élection présidentielle » au Congo Brazzaville, le président du CDRC, Modeste Boukadia s’est exprimé sur la désobéissance civile et appelé les militaires congolais de ne pas obéir à l’ordre non moral en RESTANT CHEZ EUX le 17 mars 2021 comme le peuple le 21 mars 2021. Il a mis en exergue que tous les Congolais de la diaspora doivent rentrer au pays afin qu’ils participent à la renaissance du Congo.

À la Une

Modeste Boukadia : « L’élection de mars 2021 est une farce »

L’élection de mars 2021 est une farce. On ne décrète pas une élection présidentielle en 1 mois. Arrêtez cette mascarade pour sauver des vies.

CDRC Editor
Paris, le 05 mars 2021. Mis à jour le 06/03/2021 – 10h32

À la Une

La désobéissance est un droit, les Congolais doivent l’exercer le 21 mars 2021

La désobéissance est un droit, les Congolais doivent l’exercer le 21 mars 2021. Que les Forces Armées Congolaises se souviennent de nos officiers et sous-officiers disparus…

Colonel Basile OSSOMBO
Général Blaise ADOUA
Lieutenant Prosper MATOUMPA-MPOLO
Commandant François-Xavier KATALI
Capitaine Luc KIMBOUALA-NKAYA
Colonel Marcel TSOUROU
Capitaine Barthélémy KIKADIDI
Sergent-chef ONTSOU
Lieutenant MBORO
Commandant Michel KIYINDOU
Capitaine Albert MIAWAMA
Sergent Jean-Claude BAKEKOLO
Lieutenant Alphonse MANTESSA
Lieutenant Pierre KINGANGA
Sergent-chef Jean-Pierre OLOUKA
Lieutenant Ange DIAWARA BIDIE
Lieutenant Jean-Baptiste IKOKO
Général Yves MOTANDO-MONGO
Général Emmanuel AVOUKOU

Note : cette liste n’est pas exhaustive…
CDRC Editor
Paris, le 04 mars 2021

À la Une

Modeste Boukadia appelle à une désobéissance civile

Modeste Boukadia appelle le peuple à la désobéissance civile. Le Président du CDRC demande au peuple congolais de ne pas aller voter le 21 mars prochain et appelle à une désobéissance civile.

CDRC Editor
Paris, le 04 mars 2021

À la Une

DÉSOBÉISSANCE CIVILE : restez chez vous le 21 mars !

Peuple congolais,

J’ai dit que M. Sassou avait franchi la ligne rouge.

Les actes de violences commis contre le peuple par les Bébés noirs sont inacceptables.

ll est vraiment temps d’arrêter cette mascarade d’élection du 21 mars.

Oui, la ligne a été franchie. 

Et je redis que chaque mort sera comptabilisé et tous les candidats à cette fausse présidentielle seront tenus pour complices et responsables.

J’appelle le peuple à la désobéissance civile car c’est le moyen de sauver des vies.

Je vous en conjure : restez chez vous le 21 mars !

Je prends la France, l’Europe, les Etats-Unis d’Amérique, la Chine et la Russie à témoin.

Que ce message soit entendu dans chaque maison.

Quand la ligne rouge a été franchie, quand la nation est en danger, le peuple doit avoir le dernier mot.

Et c’est avec le peuple congolais que nous reconstruirons l’avenir du Congo.

Modeste Boukadia
Paris, le 1er mars 2021

À la Une

De l’auvergnat à président, Modeste Boukadia nous fait part de sa vie

sreip_show
🔥 Qui est Modeste Boukadia ?
🔥 Est-ce réellement le prochain Nelson Mandela ?
🔥 Pourquoi est-il allé en prison ?
Toutes ces questions ont leurs réponses dans ce podcast avec @modesteboukadia et bien plus encore !

1- De la désobéissance civile
2- Modeste Boukadia nous dit d’où viennent les conflits au Congo
3- De l’auvergnat à président, Modeste Boukadia nous fait part de sa vie
4- Modeste Boukadia, rapatrié en France un an et demi après son arrestation, nous fait part de sa mission.

Réalisée par sreip_show

CDRC Editor
Paris, le 21 février 2021

À la Une

L’heure de la Renaissance du Congo-Brazzaville a sonné !

DROIT DE SAVOIR / ÉDITION COMPLÈTE « L’HEURE DE LA RENAISSANCE DU CONGO-BRAZZAVILLE A SONNÉ« 
VIDÉO COMPLÈTE : https://www.facebook.com/TLrenaissance/videos/427264778483795
VIDÉO CONDENSÉE « L’heure de la Renaissance du Congo a sonné ! » https://www.facebook.com/TLrenaissance/videos/891899308295805

Je comprends mieux pourquoi le régime Denis Sassou Nguesso avait enterré le Cardinal Émile Biayenda vivant, parce que, pour Sassou Nguesso et son PCT, les chrétiens sont des cabris qu’on peut ligoter et étrangler sans problème.

L’émission DROIT DE SAVOIR. Invité : Modeste Boukadia, président du CDRC, s’interroge sur l’avenir du Congo suite à la réaction du porte-parole du gouvernement congolais Thierry Lézin Moungalla contre les Évêques du Congo.

Modeste Boukadia rappelle que le Congo-Brazzaville est un pays à plus de 90% chrétien, quand les évêques parlent, c’est l’opinion de plus de 90% des congolais qu’ils expriment.

Il dit également comprendre pourquoi le régime de Denis Sassou Nguesso avait enterré le Cardinal Émile Biayenda vivant, parce que « pour Sassou Nguesso et son PCT, les chrétiens sont des cabris qu’on peut ligoter et étrangler sans problème ».

Modeste Boukadia réitère son mot d’ordre pour une désobéissance civile et promet un tsunami le 21 mars contre le régime totalitaire de Brazzaville.

Suivre l’intégralité de l’émission DROIT DE SAVOIR ci-dessous ou sur le canal TLR-TV

À la Une

Raymond Malonga arrêté : la liberté de la presse emprisonnée au Congo-Brazzaville

COMMUNIQUE DE PRESSE

La liberté de la presse emprisonnée au Congo-Brazzaville

Le CDRC vient d’apprendre avec effroi que le directeur du journal satirique de Brazzaville Sel-Piment, Raymond Malonga vient d’être arrêté pour avoir accompli son devoir d’informer les Congolais dans le strict respect de la loi.
En proie à de grosses difficultés pour faire accepter une élection dont les résultats sont connus d’avance et que le peuple congolais refuse, le gouvernement de Sassou Nguesso arrête des journalistes et tente de faire taire la vérité.
Pourtant, le journal satirique Sel-Piment ne fait qu’évoquer, sans les falsifier, des vérités que chacun est libre d’interpréter. Plusieurs fois suspendu et condamné par le gouvernement de Sassou Nguesso, il n’a qu’un seul tort, celui de donner des faits incontestables.

Le CDRC condamne avec fermeté cette arrestation arbitraire et rappelle que la presse est le pivot de l’expression démocratique ;

Le CDRC souligne que l’effondrement économique, l’appauvrissement du peuple et les atteintes graves aux droits de l’homme conduisent le pays à une contestation profonde et à l’expression inéluctable d’une vindicte populaire dont les conséquences seront dramatiques ;

Le CDRC demande la libération immédiate du directeur du journal Sel-Piment, monsieur Raymond Malonga et exprime son soutien à tous les journalistes qui, au péril de leur vie, remplissent avec courage leur devoir d’informer et d’exister en tant que quatrième pouvoir au Congo-Brazzaville.

Enfin, le CDRC affirme que cette liberté de la presse sera garantie lorsque le parfum de la liberté flottera sur l’ensemble du territoire congolais.

Fait à Paris, le 3 février 2021

Pour le CDRC,

Modeste BOUKADIA

PS : le réseau RSF a été saisi ici https://rsf.org/fr/contact ce jour 03 février 2021 à 16h35
Mesdames, Messieurs du réseau RSF,
Je voudrais vous informer de l’arrestation mardi 2 février 2021 à Brazzaville (Congo) du directeur du journal Sel-Piment par les autorités du Congo-Brazzaville pour avoir publié des articles concernant la gestion du gouvernement congolais.
Il a été déféré à la maison d’arrêt de Brazzaville où les conditions de détention sans des plus difficiles.
Personnellement, j’ai été détenu arbitrairement pendant 575 jours à la maison d’arrêt de Pointe-Noire où j’ai subi des tortures physiques et morales avec des tentatives d’assassinat. C’est en connaissance de cause que je vous écris sur le cas de M. Raymond Malonga.
Avec mes remerciements pour votre intervention afin que ce journaliste recouvre sa liberté citoyenne.
Modeste Boukadia
+33 6 62 92 95 40

À la Une

Lettre de félicitation aux partis de l’opposition, au parti de l’union pour le Congo et à l’UPADS

Lettre de félicitation aux partis de l’opposition, au parti de l’union pour le Congo et à l’UPADS

Modeste Boukadia, président du C.D.R.C.

A

Messieurs le président par intérim des partis de l’opposition, Clément Mierassa, le président de l’union pour le Congo, Paulin Makaya et à messieurs les responsables de l’UPADS notamment le Premier Secrétaire, Pascal Tsaty-Mabiala.

C’est avec une attention particulière et une satisfaction immense que je viens d’apprendre par voie de presse que vous appeliez tous vos militants à ne pas aller aux élections présidentielles de mars 2021.

De même, messieurs les présidents, j’adhère à la lettre d’interpellation adressée à monsieur Sassou Nguesso, président de fait.

Pour cela, je tiens à vous adresser au nom de mon parti, le C.D.R.C., et de moi-même nos sincères félicitations pour cette décision courageuse au service de l’intérêt national. Ce coup de massue marque l’arrêt de l’élection présidentielle : comment, en effet, imaginer l’organisation d’une telle élection alors que les populations refusent d’y participer ?

Messieurs les présidents, soyez assurés que nous allons dorénavant travailler en étroite collaboration pour que la journée du 21 mars 2021 soit transformée en une journée de désobéissance civile, événement historique dont l’objectif premier est d’exprimer la vindicte populaire tout en épargnant des vies humaines. La communauté internationale pourra ensuite nous assister dans la tenue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.).

Je souhaite ardemment que les autres responsables politiques sauront vous emboîter le pas et aideront M. Sassou à écouter la voix du peuple en annulant sans attendre cette élection de tous les dangers.

J’appelle enfin la France, l’Union Européenne et les Etats-Unis d’Amérique à assumer leur rôle de médiation dans ce processus d’apaisement conduisant à la mise en place de la Transition politique et à la préparation d’une élection démocratique, libre et transparente.

Que les Mânes de nos Ancêtres soient avec nous tous et sauvent le Congo.

Modeste BOUKADIA
président du C.D.R.C.
Paris, le 30 janvier 2021

À la Une

L’institution du terrorisme d’État nous impose d’arrêter l’élection présidentielle

L’institution du terrorisme d’État nous impose d’arrêter l’élection présidentielle parce que le Ministre de l’Intérieur, Zéphyrin Mboulou n’est plus en mesure d’assurer la tenue d’une élection équitable et transparente.
Denis Sassou doit nommer un nouveau Ministre de l’Intérieur pour organiser avec la communauté internationale le recensement général de la Population et de l’Habitat en vue de l’établissement des cartes d’électeurs et des listes électorales crédibles.

Modeste Boukadia, président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC), s’est exprimé le 28 janvier 2021 dans Ebaka show sur la situation générale du Congo de l’Afrique et sur l’élection présidentielle du 21 mars 2021 en particulier

Editor CDRC
Paris, le 29 janvier 2021

À la Une

Face à Sassou, le peuple congolais se réveille et prend à témoin le monde entier. Annoncez-le !

Quand un président de fait a échoué sur tous les plans au niveau national : pas d’hôpitaux, pas d’écoles, pas d’électricité, pas d’eau courante, pas de routes, pas de chemins de fer, des pensions non payés depuis trois ans pour certains militaires, des pensions de retraite non pays depuis près de trente mois, des salaires et des bourses au compte-goutte, des étudiants livrés à eux-mêmes à l’étranger, des crimes économiques de grande ampleur, un génocide d’état dans la région du Pool ; quand celui qui a échoué pendant quarante ans se déclare candidat à sa propre succession avec pour seul projet de « mourir au pouvoir », FAUT-IL LE LAISSER FAIRE ?

Quand celui qui détruit l’économie du Congo et son peuple adopte comme slogan de campagne « Sassou ou rien », cela veut dire qu’il veut continuer à détruire son pays et exterminer les Laris – c’est ce qu’il vient de faire en envoyant couper à la machette de braves citoyens à Bacongo et Makélékélé et en faisant brûler l’hôpital de Linzolo construit par l’église catholique, en décapitant la statue de Mgr Augouard. Le peuple congolais sait que ce mépris ne présume rien de bon. FAUT-IL LAISSER DENIS SASSOU EXTERMINER LE PEUPLE ?

Lire la suite
À la Une

La pire erreur est de ne pas voir la souffrance du peuple congolais

C’est une erreur grave, d’avoir franchi la ligne rouge… Sassou Nguesso doit être ramené à la réalité pour qu’il se réveille du sommeil dans lequel il a été plongé.
Je ne suis plus le BOUKADIA du 15 janvier 2016, qu’ils se détrompent, je ne suis ni Diawara ni Franklin Boukaka…
Dans la nuit du dimanche 10 janvier au lundi 11 janvier 2021, Parfait Kolélas se retrouve avec Sassou Nguesso de 2h00 à 5h00 du matin, de quoi ont-ils discuté ; est-ce du nombre de morts à faire encore dans le Pool ? »
s’interroge Modeste Boukadia

Émission DROIT DE SAVOIR. Invité : Modeste BOUKADIA, Président du CDRC.
Monsieur Boukadia dénonce un complot contre sa personne qui aurait été organisé par le Ministre Zéphyrin Mboulou, qui avait réuni le 5 janvier 2021, chez lui, les « pseudos dignitaires du Pool » en présence de Romain Kinfousia et monsieur Konta.
Suivre l’intégralité de l’émission DROIT DE SAVOIR ci-dessous ou sur le canal TLR-TV

CDRC Editor
Paris, le 21 janvier 2021

 

À la Une

Le peuple demande des comptes à Denis Sassou

Le droit de vote du Congo-Brazzaville à l’AG des Nations-Unies est suspendu faute de contribution. Comment un pays figurant parmi les cinq premiers producteurs de pétrole du Golfe de Guinée peut-il en arriver là ? Le peuple demande des comptes à Denis Sassou. Annoncez-le !

Congo-Brazzaville’s right to vote at the United Nations GA is suspended for lack of contribution. How can a country among the top five oil producers in the Gulf of Guinea come to this? The people demand accountability from Denis Sassou. Let the world know !

Paris, le 19 janvier 2021
CDRC Editor
Source :
1- https://www.instagram.com/modesteboukadia/
2 – https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1351543287174352898?s=20

À la Une

Modeste Boukadia, le nouveau visage de l’Afrique Centrale

Il nous faut donc poser les éléments qui nous permettent de donner à la population du Congo les moyens de son développement. Les fondements de ma politique, c’est la création d’un marché intérieur dont l’acteur principal doit être l’État. Par conséquent, il nous faut donc restaurer l’État et son autorité. C’est à partir de là que le peuple congolais va se retrouver.

Retrouvez le reste de l’interview You tube en lien dans la bio : https://www.youtube.com/playlist?list=PLq4PK1I4zKPrcIN5F9y78SkFXviPAllsI

Source : https://www.instagram.com/p/CJ6f2unqyP3/

À la Une

Le peuple congolais ne suivra pas Denis Sassou

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Congolese people will not follow Denis Sassou into his rigged presidential election.
Civil disobedience, peaceful self-containment, participation rate close to zero.
March 21, 2021 will be the day of the people’s victory.
Tell someone about it !
#congobrazzaville

Editor CDRC
Paris, le 13 janvier 2021

À la Une

21 mars 2021, jour de victoire pour le peuple congolais

Mes chers compatriotes, quand nous demandons la Conférence internationale pour la renaissance du Congo (C.I.R.C.), ce n’est pas un jeu de style mais c’est une solution pour reconstruire l’État au Congo qui connaît une crise multidimensionnelle qu’aucun parti ne peut résoudre seul. Quand un pays connaît une telle crise, le choix, c’est le dialogue devant témoin. Nous avons laissé 5 ans à M. Sassou afin qu’il sorte le pays de la crise dans laquelle il a entraîné le Congo. Rien n’a été fait mais au contraire, il persiste dans la voie sans issue où il entraîne tout le monde, le peuple congolais et les partenaires.

C’est la raison pour laquelle le peuple doit reprendre sa souveraineté le 21 mars 2021. L’enjeu de l’élection de mars 2021, c’est le taux de participation. Par son mutisme, Denis Sassou refuse d’entendre raison quand le peuple lui demande le dialogue pour une réconciliation nationale afin d’instaurer la paix et la stabilité.

Lire la suite
À la Une

Le peuple s’exprimera par la désobéissance civile

Denis Sassou tient ses opposants corrompus : détournements d’argent, prison garantie. Comment donc croire en ceux qui veulent aller à l’élection présidentielle avec lui ? Aucun opposant qui l’accompagne n’est capable de contester la tricherie de Denis Sassou après la pseudo-élection de mars 2021.
La désobéissance civile par l’auto-confinement est la seule solution pour sauver des vies au Congo-Brazzaville. Le peuple ne se laissera pas tromper et les militaires intègres rallieront le peuple.
Source : https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1346923852476145664?s=20
9:57 PM · 6 janv. 2021

À la Une

La vindicte populaire gronde dans tout le pays

La vindicte populaire gronde dans tout le pays. Que les officiers généraux et supérieurs qui suivent encore Sassou se rappellent le sort des Mokoko, Tsourou, Adoua, Dabira, Avoukou, Motando ou Katali… Le peuple les attend au rendez-vous de la République.

Popular retribution is rumbling across the country. May the general and superior officers who still follow Sassou remember the fate of the Mokoko, Tsourou, Adoua, Dabira, Avoukou, Motando or Katali… The people await them at the rendezvous of the Republic.

CDRC Editor

Source :
1- https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1346506861919555584?s=20
2- https://www.instagram.com/p/CJrDyFTlBnj/
6:20 PM · 5 janv. 2021

À la Une

Faisons éclater la vérité

Mes chers compatriotes congolais, nous arrivons au terme de la tromperie : Denis Sassou doit nous dire combien de personnes il a massacré dans le Pool et combien il en reste pour aller au vote en mars 2021. Faisons éclater la vérité.

My dear Congolese compatriots, we are coming to the end of the deception: Denis Sassou must tell us how many people he has massacred in the Pool and how many are left to go to the vote in March 2021. Let’s break out the truth.
7:22 PM · 4 janv. 2021
Sources :
1- https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1346160036033261570?s=20
2- https://www.instagram.com/p/CJohOu_j1HX/

À la Une

Vœux de Modeste Boukadia au peuple congolais pour 2021

Modeste Boukadia, président du CDRC, Congo Brazzaville


Mes chers compatriotes,

Malgré le report de la Table ronde pour cause de pandémie, 2020 a été une année de préparation en vue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.) qui nous rendra crédible vis-à-vis de nos partenaires et permettra des investissements massifs dans notre pays.

En cette fin d’année, ne perdons plus de temps avec les faux-semblants que sont la concertation de Madingou, la pseudo-élection de mars 2021, le conseil de supervision des élections, le faux recensement… et que Monsieur Sassou, président de fait de la République du Congo, ose donc se déclarer lui-même candidat à sa pseudo-élection avec le PCT au lieu de faire croire qu’il y est appelé par des femmes et des hommes qui ont faim.

Je forme le vœu que 2021 verra la réalisation de notre rêve d’union nationale et de reconstruction de l’État congolais.

Attelons-nous à cette œuvre sans peur, sans règlement de comptes, avec la volonté ferme de rassembler tous les Congolais du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Mettons en place les structures économiques indispensables pour asseoir le marché intérieur. Rendons effective la décentralisation administrative et financière de chaque région qui sera gérée en tant qu’entité culturelle et économique par un Gouverneur ayant rang de Ministre.

Que vienne en 2021 une transition politique sans heurt qui scellera la concorde nationale et fera flotter sur tout le territoire congolais le parfum de liberté que nous sentons déjà dans nos cœurs.

Vive le Congo, vive la République.

Modeste Boukadia

Paris, le 31 décembre 2020

À la Une

Modeste Boukadia : « Les congolais doivent se préparer à la désobéissance civile »

https://youtu.be/oQaqHusvmgU

Le samedi 19 décembre 2020, le président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (C.D.R.C.) a accordé une interview à Christian PERRIN de TLR TV pour que le Parfum de Liberté flotte sur tout le territoire congolais pour le bien de tous.
Modeste BOUKADIA dénonce la tenue de cette élection qui serait du point de vue constitutionnel une mascarade car ni légale ni légitime, mettant en évidence que c’est une perte de temps compte tenu de la situation sociale, économique, financière dans laquelle se trouve le Congo-Brazzaville ainsi que l’insécurité et la détresse des populations.
Il exhorte le peuple congolais à reprendre sa souveraineté par tous les moyens, notamment à la désobéissance civile et le boycott de la pseudo-élection de mars 2021.
Lien YouTube

Editor CDRC
22 décembre 2020

Source : « DROIT DE SAVOIR« 
https://www.facebook.com/117017063533087/posts/145330397368420/
Invité : Modeste BOUKADIA, Président Cercle des Démocrates et Républicains du Congo, CDRC.
« Une élection présidentielle ne peut pas s’organiser en trois mois, si monsieur Sassou Nguesso s’entête, je prendrai mes responsabilités, les congolais doivent se préparer pour à la désobéissance civile.
Je demande au peuple congolais de se tenir prêt…
Je ne suis pas partisan de la scission, je n’ai jamais prononcé le mot scission, les gens ont mal interprété mes propos, il y a eu manipulation, mon programme est plutôt fondé sur la partition du Congo-Brazzaville en trois grands états, faisant du centre du Congo un état administratif à l’instar de Washington DC aux Etats-Unis, cela est faisable chez nous, quand Pascal Lissouba disait de vouloir faire du Congo une petite Suisse, il avait raison, il avait d’ailleurs renégocié les contrats qui ont générés beaucoup d’argent pour le Congo, de l’argent qui pouvait faire du Congo une petite Suisse malheureusement, Denis Sassou Nguesso a volé tout l’argent, il est temps aujourd’hui de lui donner congé.
« 
L’intégralité de l’émission à suivre Jeudi soir sur votre chaîne de référence TLR-TV à partir de 19h00, heure de Paris.
https://www.facebook.com/TLrenaissance/
TLR-TV « l’information au cœur de la renaissance. »

À la Une

En route vers la Transition

https://www.instagram.com/p/CI81m26D831/

Peuple congolais, Monsieur Denis Sassou, Président de fait de la République du Congo, avait déclaré le 7 mai 2020 lors d’une interview sur France24/RFI que l’élection présidentielle n’était « pas d’actualité ».
Force est de constater que ses partisans du PCT et les faux opposants qu’il a lui-même fabriqués sont en train de le pousser vers la tenue de cette élection.
Quelle cacophonie !
Manifestement en fin de parcours, acculé dans son palais de pacotille, le principal intéressé se mure aujourd’hui dans le silence – un silence aussi abyssal que l’est la dette du Congo.
Va-t-il nous refaire le coup de 2009 lorsqu’il prétendait que les populations démunies de toutes ressources avaient cotisé des sommes importantes pour sa candidature ?

Par cette attitude coupable : 
– il viole encore une fois sa Constitution et s’entête à prendre le peuple congolais en otage ;
– il prouve sa faiblesse après l’échec de la dernière concertation de Madingou qu’il avait organisée avec le soutien du représentant des Nations-Unies zone Afrique centrale, M. François Louncény Fall, et de son opposition servile ;
– il refuse la main que je lui ai tendue pour rétablir la paix et la justice au Congo ;
– il tente un nouveau coup de force et fait du Congo un empire ;
– il s’expose ainsi à la vindicte populaire.

En conséquence, moi, Modeste Boukadia :
– j’appelle tous les Congolais à se libérer de leur asservissement à une ethnie mise au-dessus des autres et à se mettre en route vers la Transition politique ;
– je lance auprès de toutes les diasporas congolaises dans le monde une consultation générale sur le chemin de la Table ronde et de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo qui en sera l’issue ;
– et je demande en mon âme et conscience au peuple congolais de se tenir prêt à la désobéissance civile et au boycott de la pseudo-élection de mars 2021.

Peuple congolais, nous ferons bientôt flotter sur tout le territoire du Congo un parfum de liberté et nous reconstruirons notre pays.

Vive la République du Congo.

Modeste Boukadia
Paris, le 18 décembre 2020

Lien instagram : https://www.instagram.com/p/CI81m26D831/

À la Une

L’État au Congo-Brazzaville en question

28 novembre 1958 – 28 novembre 2020 : 62 ans après la proclamation de la première République du Congo-Brazzaville, Modeste Boukadia, Mubuma Sheri, Marion Michel Madzimba Ehouango, Rémy Batela et Bonaventure Mbaya ont débattu le 28 novembre 2020 sur l’existence de l’État au Congo-Brazzaville ainsi que de ses perspectives d’évolution.

THÈME : L’État au Congo-Brazzaville, de la proclamation de la première République du 28 novembre 1958 à nos jours. Quelles autres perspectives ?

Merci de déplacer le curseur jusqu’à 09:45 pour éviter le décompte

Editor CDRC
29 novembre 2020

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès de l’Ambassadeur du Congo Près les Pays Scandinaves André Hombessa

Ce 20 novembre 2020, nous venons d’apprendre le décès de l’ancien Ministre et Ambassadeur du Congo Près les Pays Scandinaves, André Hombessa. Je m’incline devant celui qui a été mon professeur d’Histoire-Géographie au CEG Mafoua Virgile à Brazzaville qui me disait : « Il est indispensable de bien connaître l’histoire qui est la mémoire du passé pour mieux appréhender l’avenir du monde ».

Je présente mes condoléances à la famille biologique d’André Hombessa et à la famille élargie.

Qu’il repose en paix.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 20 novembre 2020

À la Une

Modeste Boukadia : LE PARFUM DE LIBERTÉ, ma vision du Congo-Brazzaville

Comment voyez-vous le Congo-Brazzaville dans quelques années ?

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ LE PARFUM DE LIBERTÉ, la nouvelle interview en ligne de Modeste Boukadia :
Lien en bio ⬆️
#1 : Comment voyez-vous le Congo-Brazzaville dans quelques années ?
#2 : Êtes-vous un homme libre ?
#3 : Quelles sont actuellement les conditions nécessaires à la renaissance du Congo ?
#4 :Qu’est-ce que la Transition que vous appelez de vos vœux ?
#5 : En quoi vous sentez-vous profondément congolais ?
#6 : Quel est votre parfum préféré ?
#7 : Comment définiriez-vous votre mission pour le Congo ?
#8 : Quel sera le rôle du Congo-Brazzaville dans la reconfiguration économique et politique de l’Afrique centrale ?
#9 : Êtes-vous un homme de pouvoir ?
#10 : Quelle promesse feriez-vous au monde entier concernant le Congo ?
#11 : Qu’attendez-vous de la jeunesse congolaise ?
#12 : Comment le Congo-Brazzaville redeviendra-t-il une grande nation ?
#13 : Que signifie pour vous être démocrate et républicain ?
#14 : Demain, de quoi serez-vous le plus fier d’avoir accompli ?

Les 14 vidéos sont ici : https://www.youtube.com/channel/UCX1VZMuQ7fVGNICJqHW_iEA

À la Une

Le Congo, l’Afrique et le monde en 2021

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Je félicite Joe Biden pour son élection annoncée comme 46e président des USA et souhaite qu’il contribuera à la reconstruction de l’État au Congo-Brazzaville où se joue, soyons-en sûrs, l’avenir de l’Afrique et du monde.
———-
I congratulate Joe Biden on his election announced as the 46th President of the USA and hope that he will contribute to the reconstruction of the state in Congo-Brazzaville where the future of Africa and the world is at stake, let us be sure.

Modeste Boukadia
Paris, November 7, 2020

À la Une

Moment historique…

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Quel que soit le prochain président des États-Unis, j’affirme ma volonté d’établir des relations de coopération équitables avec toutes les puissances mondiales dans le cadre de la transition politique à venir au Congo-Brazzaville.
La fracture du peuple américain m’alerte cependant sur le risque de fragmentation en chaîne jusque dans les pays africains sacrifiés à la mondialisation effrénée des échanges.
Dans ce moment historique, j’appelle tous mes compatriotes du Congo-Brazzaville à choisir le chemin de la renaissance africaine : reconstruisons d’abord notre État et notre économie intérieure et soyons capables de répandre en Afrique centrale un parfum de liberté qui révélera au monde l’essence de notre culture fondée sur le partage et l’équilibre.

Modeste Boukadia
Paris, le 6 novembre 2020
——-
https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Whatever the next president of the United States is, I affirm my will to establish equitable relations of cooperation with all the world powers within the framework of the political transition to come in Congo-Brazzaville.
The fracture of the American people, however, alerts me to the risk of chain fragmentation even in African countries sacrificed to the unbridled globalization of trade.
In this historic moment, I call on all my compatriots in Congo-Brazzaville to choose the path of African renaissance: let’s first rebuild our State and our internal economy and be able to spread in Central Africa a scent of freedom which will reveal to the world the essence of our culture based on sharing and balance.

Modeste Boukadia
Paris, November 6, 2020

À la Une

LE PARFUM DE LIBERTÉ

Mes amis, la renaissance du Congo-Brazzaville ne se fera qu’avec le concours de tous les Congolais, au pays et dans la diaspora, en particulier celle de France, d’où je vous parle aujourd’hui.

La France, mon pays d’accueil, vit en ce moment une situation grave qui crée néanmoins des prises de conscience salutaires.
Vous devez savoir, amis de France, que le Congo-Brazzaville, pays de mes ancêtres, vit depuis des décennies un drame obscur car l’inexistence de l’État y engendre la spoliation et la division au nom d’un tribalisme politique artificiel.

Voyant l’agitation de ceux qui continuent à nourrir la guerre, la haine et la division, j’appelle solennellement à la raison tous les Congolais de France et d’ailleurs : je vous en conjure, choisissons la paix, l’amour et l’unité.
Je les appelle aussi à l’action : reconstruisons tous ensemble notre nation en montrant que nous voulons répandre dans le monde un esprit de liberté, car c’est notre essence, notre culture, notre histoire.

Du plus profond de mon être, je m’adresse en particulier à ceux, parmi les plus jeunes, qui comprennent peu à peu que leur avenir réel se trouve en Afrique.
Vous les jeunes en Afrique, gardez confiance ! Nous vous ouvrirons de nouvelles possibilités pour votre accomplissement.
Vous les jeunes en France ou ailleurs, pensez au rôle que vous aurez bientôt à jouer dans les changements qui viennent.

Aujourd’hui pour tous les Africains de cœur, noirs, blancs ou métissés, l’heure n’est plus aux pleurnicheries stériles qui nous enferment dans les schémas du passé.
Je vous le dis, la Françafrique est morte avec le Congo-Brazzaville, son épicentre historique. Mais par l’esprit de la France libre que nous avons en partage, j’affirme que la renaissance du Congo-Brazzaville se fera avec la France et non contre la France. Et les autres puissances mondiales, j’en suis convaincu, sauront entendre ce message de coopération ouverte et saine.

Vous le savez, pour moi, le renouveau de mon pays passera par la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.) qui se tiendra sous l’égide des Nations-Unies.
Vous le savez aussi, nos partenaires internationaux attendent que nous soyons capables, nous Congolais et amis du Congo, de travailler ensemble pour préparer cette échéance décisive. La Table ronde prévue pour le 28 novembre 2020 a précisément pour objet de nous donner une légitimité internationale incontestable avant la tenue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.).

Or, dans le contexte actuel, les conditions sanitaires qui nous sont imposées nous obligent à reporter cette Table ronde à une date ultérieure afin qu’elle puisse avoir lieu avec le lustre qu’elle mérite et en présence d’invités venant en nombre de divers pays.

La date du 28 novembre reste cependant un jour-clé pour manifester notre unité et notre foi en l’avenir. Souvenons-nous en effet que nous puisons notre légitimité dans la proclamation de la République du Congo le 28 novembre 1958 et dans la constitution du 15 mars 1992 qui en est le prolongement. Tel est le socle sur lequel nous restaurerons l’État au Congo.

C’est pourquoi, à cette date, nous annoncerons tous ensemble l’avènement d’une phase nouvelle dans notre action collective en partageant « Le parfum de liberté » que nous voulons propager dans les cœurs.
Ce jour-là, le 28 novembre 2020, chacun de nous dégustera le moukalou et le manioc que les mamans de notre pays auront préparés pour symboliser la force et l’énergie dont nous aurons besoin sur le chemin de reconquête qui s’ouvre devant nous.

Vive le Congo !

Modeste Boukadia

À la Une

LA MAIN TENDUE est et demeure la voie

LA MAIN TENDUE est et demeure la voie, le chemin qu’il nous faut prendre pour rapprocher tous les habitants de notre pays afin que tous participent à sa re-construction.

Car il nous faut être conscient les « matalana » (les « m’as-tu vu ») que l’on voit ici et là au pays comme sur les réseaux sociaux, que le Congo est et bien mort. Le temps n’est plus au bilan puisque chacun d’entre nous sait dans quel état se trouve le pays.

C’est pourquoi, la priorité du moment est de se retrouver ensemble pour le ressusciter, pour le faire renaître afin qu’il redevienne comme à l’antan, la République du Congo voulue par nos Pères-Fondateurs.

Vouloir être Lari, Bembe, Mbochi, Kouyou, Tsangui, Vili, Koukouya, Katangais, Makoua, etc. et j’en passe, c’est accepter le suicide collectif.

L’homme fort, ce n’est pas celui qui est capable de faire des coups d’État. L’homme fort n’est pas celui qui prend les armes pour sacrifier des vies humaines.

Mais L’HOMME FORT est celui qui est capable DE SAUVER DES VIES en se dépassant pour ne pas céder à la facilité des armes.

L’homme fort est celui qui emprunte la voie, certes difficile, de la compréhension, de la volonté de rassembler les femmes et les hommes autour de la TABLE pour trouver ensemble des solutions.

Dans le jeu politique, nous n’avons pas d’ennemis au Congo. Il n’y a que des adversaires politiques qui doivent se combattre sur la base des idées. Mais aujourd’hui, vu l’ampleur des dégâts sur tous les plans, social, économique, financier, culturel, et sur l’ensemble du territoire de notre République, les insultes, les injures, les calomnies, les allusions à la trahison ou encore à la collaboration avec les supposés « ennemis », voire ces débats ne sont plus à l’ordre du jour. Et pour cause.

Ceux qui s’adonnent à ces choix ne veulent ni de la paix ni de la tranquillité publique et encore moins de la re-conduction de la République. Ces propos haineux ou revanchards sont le propre des va-t-en-guerre pour semer la désolation et le chaos pour leur propre bénéfice sans lien avec l’intérêt général.

Au point où en est le Congo, notre pays hérité de nos Pères-Fondateurs, chacun de nous doit se ressaisir, se dépasser afin que la MAIN TENDUE soit celle de LA RÉPUBLIQUE pour accoucher la NATION CONGOLAISE qui est la synthèse de nos cultures multiples.

Modeste Boukadia
Paris, le 08 septembre 2020

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès de l’ancien président élu du Congo, Pascal Lissouba

Ce jour 24 août 2020, nous venons d’apprendre le décès de l’ancien président élu du Congo, Pascal Lissouba. Je m’incline devant cette triste nouvelle car le professeur Pascal Lissouba fut le Doyen de la Faculté des Sciences de Brazzaville où j’ai fait mes premières études scientifiques, et il a aussi été Professeur de sérologie à l’Université Paris-Est Créteil avec qui j’ai obtenu mon diplôme de MST (Maîtrise des Sciences et Techniques).

Je présente mes condoléances à la famille biologique du Président Lissouba et à la famille élargie.

Le Président Pascal Lissouba a marqué l’histoire tant politique que scientifique de notre pays. Qu’il repose en paix.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 24 août 2020

À la Une

15 AOÛT 2020 : Allons à la Table Ronde pour re-conduire la République des Pères-Fondateurs

Mes Chers Compatriotes,
Congolaises, Congolais,
Chers Amis,

Ce Jour du 15 Août, le Congo fête ses 60 ans d’indépendance ! C’est une farce que d’organiser cette Fête pour le Congo car être indépendant, c’est permettre à son peuple de se nourrir, de se vêtir, de se soigner, d’avoir un métier ou un travail, d’avoir de l’eau et de l’électricité pour tous, d’avoir régulièrement son salaire ou son revenu, de percevoir ses pensions de retraite, de s’instruire, de se former aux métiers que l’on veut ou que l’on souhaite, c’est de s’exprimer librement et exprimer ses opinions. Être indépendant, c’est de vivre dans un pays démilitarisé où l’on ne pratique pas de génocide de son peuple, c’est vivre dans un pays sans « bébés noirs ». Être indépendant, c’est beaucoup de choses pour épanouir son peuple entre autres : faciliter la vie de chacun à sa mesure pour qu’il soit tout simplement heureux. Nous en sommes bien loin…

C’est pourquoi, de tout temps, j’appelle les Congolaises et les Congolais, tous ceux qui habitent le Congo qui en ont fait leur pays, tous ceux qui y sont nés qui habitent à l’étranger et tous ceux qui l’aiment simplement, de re-conduire la République du 28 Novembre 1958, celle de nos Pères-Fondateurs qui est l’Unique Projet Commun du « Vivre-Ensemble », sans discrimination aucune.

C’est ce Projet que je vous propose en appelant d’aller à la TABLE RONDE qui va définir les thèmes de travail pour la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations Unies pour graver dans le marbre, devant témoin de la Communauté Internationale, LE CONTRAT POUR LA RÉPUBLIQUE pour la concorde, la paix, l’unité et la réconciliation de toutes les régions pour former une seule et unique entité avec toutes ses facettes culturelles qui font notre richesse.

Vive la Table Ronde,
Vive la République

Modeste Boukadia
Paris, le 15 août 2020