À la Une

Face à Sassou, le peuple congolais se réveille et prend à témoin le monde entier. Annoncez-le !

Quand un président de fait a échoué sur tous les plans au niveau national : pas d’hôpitaux, pas d’écoles, pas d’électricité, pas d’eau courante, pas de routes, pas de chemins de fer, des pensions non payés depuis trois ans pour certains militaires, des pensions de retraite non pays depuis près de trente mois, des salaires et des bourses au compte-goutte, des étudiants livrés à eux-mêmes à l’étranger, des crimes économiques de grande ampleur, un génocide d’état dans la région du Pool ; quand celui qui a échoué pendant quarante ans se déclare candidat à sa propre succession avec pour seul projet de « mourir au pouvoir », FAUT-IL LE LAISSER FAIRE ?

Quand celui qui détruit l’économie du Congo et son peuple adopte comme slogan de campagne « Sassou ou rien », cela veut dire qu’il veut continuer à détruire son pays et exterminer les Laris – c’est ce qu’il vient de faire en envoyant couper à la machette de braves citoyens à Bacongo et Makélékélé et en faisant brûler l’hôpital de Linzolo construit par l’église catholique, en décapitant la statue de Mgr Augouard. Le peuple congolais sait que ce mépris ne présume rien de bon. FAUT-IL LAISSER DENIS SASSOU EXTERMINER LE PEUPLE ?

Lire la suite
À la Une

La pire erreur est de ne pas voir la souffrance du peuple congolais

C’est une erreur grave, d’avoir franchi la ligne rouge… Sassou Nguesso doit être ramené à la réalité pour qu’il se réveille du sommeil dans lequel il a été plongé.
Je ne suis plus le BOUKADIA du 15 janvier 2016, qu’ils se détrompent, je ne suis ni Diawara ni Franklin Boukaka…
Dans la nuit du dimanche 10 janvier au lundi 11 janvier 2021, Parfait Kolélas se retrouve avec Sassou Nguesso de 2h00 à 5h00 du matin, de quoi ont-ils discuté ; est-ce du nombre de morts à faire encore dans le Pool ? »
s’interroge Modeste Boukadia

Émission DROIT DE SAVOIR. Invité : Modeste BOUKADIA, Président du CDRC.
Monsieur Boukadia dénonce un complot contre sa personne qui aurait été organisé par le Ministre Zéphyrin Mboulou, qui avait réuni le 5 janvier 2021, chez lui, les « pseudos dignitaires du Pool » en présence de Romain Kinfousia et monsieur Konta.
Suivre l’intégralité de l’émission DROIT DE SAVOIR ci-dessous ou sur le canal TLR-TV

CDRC Editor
Paris, le 21 janvier 2021

 

À la Une

Le peuple demande des comptes à Denis Sassou

Le droit de vote du Congo-Brazzaville à l’AG des Nations-Unies est suspendu faute de contribution. Comment un pays figurant parmi les cinq premiers producteurs de pétrole du Golfe de Guinée peut-il en arriver là ? Le peuple demande des comptes à Denis Sassou. Annoncez-le !

Congo-Brazzaville’s right to vote at the United Nations GA is suspended for lack of contribution. How can a country among the top five oil producers in the Gulf of Guinea come to this? The people demand accountability from Denis Sassou. Let the world know !

Paris, le 19 janvier 2021
CDRC Editor
Source :
1- https://www.instagram.com/modesteboukadia/
2 – https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1351543287174352898?s=20

À la Une

Modeste Boukadia, le nouveau visage de l’Afrique Centrale

Il nous faut donc poser les éléments qui nous permettent de donner à la population du Congo les moyens de son développement. Les fondements de ma politique, c’est la création d’un marché intérieur dont l’acteur principal doit être l’État. Par conséquent, il nous faut donc restaurer l’État et son autorité. C’est à partir de là que le peuple congolais va se retrouver.

Retrouvez le reste de l’interview You tube en lien dans la bio : https://www.youtube.com/playlist?list=PLq4PK1I4zKPrcIN5F9y78SkFXviPAllsI

Source : https://www.instagram.com/p/CJ6f2unqyP3/

À la Une

Le peuple congolais ne suivra pas Denis Sassou

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Congolese people will not follow Denis Sassou into his rigged presidential election.
Civil disobedience, peaceful self-containment, participation rate close to zero.
March 21, 2021 will be the day of the people’s victory.
Tell someone about it !
#congobrazzaville

Editor CDRC
Paris, le 13 janvier 2021

À la Une

21 mars 2021, jour de victoire pour le peuple congolais

Mes chers compatriotes, quand nous demandons la Conférence internationale pour la renaissance du Congo (C.I.R.C.), ce n’est pas un jeu de style mais c’est une solution pour reconstruire l’État au Congo qui connaît une crise multidimensionnelle qu’aucun parti ne peut résoudre seul. Quand un pays connaît une telle crise, le choix, c’est le dialogue devant témoin. Nous avons laissé 5 ans à M. Sassou afin qu’il sorte le pays de la crise dans laquelle il a entraîné le Congo. Rien n’a été fait mais au contraire, il persiste dans la voie sans issue où il entraîne tout le monde, le peuple congolais et les partenaires.

C’est la raison pour laquelle le peuple doit reprendre sa souveraineté le 21 mars 2021. L’enjeu de l’élection de mars 2021, c’est le taux de participation. Par son mutisme, Denis Sassou refuse d’entendre raison quand le peuple lui demande le dialogue pour une réconciliation nationale afin d’instaurer la paix et la stabilité.

Lire la suite
À la Une

Le peuple s’exprimera par la désobéissance civile

Denis Sassou tient ses opposants corrompus : détournements d’argent, prison garantie. Comment donc croire en ceux qui veulent aller à l’élection présidentielle avec lui ? Aucun opposant qui l’accompagne n’est capable de contester la tricherie de Denis Sassou après la pseudo-élection de mars 2021.
La désobéissance civile par l’auto-confinement est la seule solution pour sauver des vies au Congo-Brazzaville. Le peuple ne se laissera pas tromper et les militaires intègres rallieront le peuple.
Source : https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1346923852476145664?s=20
9:57 PM · 6 janv. 2021

À la Une

La vindicte populaire gronde dans tout le pays

La vindicte populaire gronde dans tout le pays. Que les officiers généraux et supérieurs qui suivent encore Sassou se rappellent le sort des Mokoko, Tsourou, Adoua, Dabira, Avoukou, Motando ou Katali… Le peuple les attend au rendez-vous de la République.

Popular retribution is rumbling across the country. May the general and superior officers who still follow Sassou remember the fate of the Mokoko, Tsourou, Adoua, Dabira, Avoukou, Motando or Katali… The people await them at the rendezvous of the Republic.

CDRC Editor

Source :
1- https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1346506861919555584?s=20
2- https://www.instagram.com/p/CJrDyFTlBnj/
6:20 PM · 5 janv. 2021

À la Une

Faisons éclater la vérité

Mes chers compatriotes congolais, nous arrivons au terme de la tromperie : Denis Sassou doit nous dire combien de personnes il a massacré dans le Pool et combien il en reste pour aller au vote en mars 2021. Faisons éclater la vérité.

My dear Congolese compatriots, we are coming to the end of the deception: Denis Sassou must tell us how many people he has massacred in the Pool and how many are left to go to the vote in March 2021. Let’s break out the truth.
7:22 PM · 4 janv. 2021
Sources :
1- https://twitter.com/MBOUKADIA/status/1346160036033261570?s=20
2- https://www.instagram.com/p/CJohOu_j1HX/

À la Une

Vœux de Modeste Boukadia au peuple congolais pour 2021

Modeste Boukadia, président du CDRC, Congo Brazzaville


Mes chers compatriotes,

Malgré le report de la Table ronde pour cause de pandémie, 2020 a été une année de préparation en vue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.) qui nous rendra crédible vis-à-vis de nos partenaires et permettra des investissements massifs dans notre pays.

En cette fin d’année, ne perdons plus de temps avec les faux-semblants que sont la concertation de Madingou, la pseudo-élection de mars 2021, le conseil de supervision des élections, le faux recensement… et que Monsieur Sassou, président de fait de la République du Congo, ose donc se déclarer lui-même candidat à sa pseudo-élection avec le PCT au lieu de faire croire qu’il y est appelé par des femmes et des hommes qui ont faim.

Je forme le vœu que 2021 verra la réalisation de notre rêve d’union nationale et de reconstruction de l’État congolais.

Attelons-nous à cette œuvre sans peur, sans règlement de comptes, avec la volonté ferme de rassembler tous les Congolais du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Mettons en place les structures économiques indispensables pour asseoir le marché intérieur. Rendons effective la décentralisation administrative et financière de chaque région qui sera gérée en tant qu’entité culturelle et économique par un Gouverneur ayant rang de Ministre.

Que vienne en 2021 une transition politique sans heurt qui scellera la concorde nationale et fera flotter sur tout le territoire congolais le parfum de liberté que nous sentons déjà dans nos cœurs.

Vive le Congo, vive la République.

Modeste Boukadia

Paris, le 31 décembre 2020

À la Une

Modeste Boukadia : « Les congolais doivent se préparer à la désobéissance civile »

https://youtu.be/oQaqHusvmgU

Le samedi 19 décembre 2020, le président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (C.D.R.C.) a accordé une interview à Christian PERRIN de TLR TV pour que le Parfum de Liberté flotte sur tout le territoire congolais pour le bien de tous.
Modeste BOUKADIA dénonce la tenue de cette élection qui serait du point de vue constitutionnel une mascarade car ni légale ni légitime, mettant en évidence que c’est une perte de temps compte tenu de la situation sociale, économique, financière dans laquelle se trouve le Congo-Brazzaville ainsi que l’insécurité et la détresse des populations.
Il exhorte le peuple congolais à reprendre sa souveraineté par tous les moyens, notamment à la désobéissance civile et le boycott de la pseudo-élection de mars 2021.
Lien YouTube

Editor CDRC
22 décembre 2020

Source : « DROIT DE SAVOIR« 
https://www.facebook.com/117017063533087/posts/145330397368420/
Invité : Modeste BOUKADIA, Président Cercle des Démocrates et Républicains du Congo, CDRC.
« Une élection présidentielle ne peut pas s’organiser en trois mois, si monsieur Sassou Nguesso s’entête, je prendrai mes responsabilités, les congolais doivent se préparer pour à la désobéissance civile.
Je demande au peuple congolais de se tenir prêt…
Je ne suis pas partisan de la scission, je n’ai jamais prononcé le mot scission, les gens ont mal interprété mes propos, il y a eu manipulation, mon programme est plutôt fondé sur la partition du Congo-Brazzaville en trois grands états, faisant du centre du Congo un état administratif à l’instar de Washington DC aux Etats-Unis, cela est faisable chez nous, quand Pascal Lissouba disait de vouloir faire du Congo une petite Suisse, il avait raison, il avait d’ailleurs renégocié les contrats qui ont générés beaucoup d’argent pour le Congo, de l’argent qui pouvait faire du Congo une petite Suisse malheureusement, Denis Sassou Nguesso a volé tout l’argent, il est temps aujourd’hui de lui donner congé.
« 
L’intégralité de l’émission à suivre Jeudi soir sur votre chaîne de référence TLR-TV à partir de 19h00, heure de Paris.
https://www.facebook.com/TLrenaissance/
TLR-TV « l’information au cœur de la renaissance. »

À la Une

En route vers la Transition

https://www.instagram.com/p/CI81m26D831/

Peuple congolais, Monsieur Denis Sassou, Président de fait de la République du Congo, avait déclaré le 7 mai 2020 lors d’une interview sur France24/RFI que l’élection présidentielle n’était « pas d’actualité ».
Force est de constater que ses partisans du PCT et les faux opposants qu’il a lui-même fabriqués sont en train de le pousser vers la tenue de cette élection.
Quelle cacophonie !
Manifestement en fin de parcours, acculé dans son palais de pacotille, le principal intéressé se mure aujourd’hui dans le silence – un silence aussi abyssal que l’est la dette du Congo.
Va-t-il nous refaire le coup de 2009 lorsqu’il prétendait que les populations démunies de toutes ressources avaient cotisé des sommes importantes pour sa candidature ?

Par cette attitude coupable : 
– il viole encore une fois sa Constitution et s’entête à prendre le peuple congolais en otage ;
– il prouve sa faiblesse après l’échec de la dernière concertation de Madingou qu’il avait organisée avec le soutien du représentant des Nations-Unies zone Afrique centrale, M. François Louncény Fall, et de son opposition servile ;
– il refuse la main que je lui ai tendue pour rétablir la paix et la justice au Congo ;
– il tente un nouveau coup de force et fait du Congo un empire ;
– il s’expose ainsi à la vindicte populaire.

En conséquence, moi, Modeste Boukadia :
– j’appelle tous les Congolais à se libérer de leur asservissement à une ethnie mise au-dessus des autres et à se mettre en route vers la Transition politique ;
– je lance auprès de toutes les diasporas congolaises dans le monde une consultation générale sur le chemin de la Table ronde et de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo qui en sera l’issue ;
– et je demande en mon âme et conscience au peuple congolais de se tenir prêt à la désobéissance civile et au boycott de la pseudo-élection de mars 2021.

Peuple congolais, nous ferons bientôt flotter sur tout le territoire du Congo un parfum de liberté et nous reconstruirons notre pays.

Vive la République du Congo.

Modeste Boukadia
Paris, le 18 décembre 2020

Lien instagram : https://www.instagram.com/p/CI81m26D831/

À la Une

L’État au Congo-Brazzaville en question

28 novembre 1958 – 28 novembre 2020 : 62 ans après la proclamation de la première République du Congo-Brazzaville, Modeste Boukadia, Mubuma Sheri, Marion Michel Madzimba Ehouango, Rémy Batela et Bonaventure Mbaya ont débattu le 28 novembre 2020 sur l’existence de l’État au Congo-Brazzaville ainsi que de ses perspectives d’évolution.

THÈME : L’État au Congo-Brazzaville, de la proclamation de la première République du 28 novembre 1958 à nos jours. Quelles autres perspectives ?

Merci de déplacer le curseur jusqu’à 09:45 pour éviter le décompte

Editor CDRC
29 novembre 2020

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès de l’Ambassadeur du Congo Près les Pays Scandinaves André Hombessa

Ce 20 novembre 2020, nous venons d’apprendre le décès de l’ancien Ministre et Ambassadeur du Congo Près les Pays Scandinaves, André Hombessa. Je m’incline devant celui qui a été mon professeur d’Histoire-Géographie au CEG Mafoua Virgile à Brazzaville qui me disait : « Il est indispensable de bien connaître l’histoire qui est la mémoire du passé pour mieux appréhender l’avenir du monde ».

Je présente mes condoléances à la famille biologique d’André Hombessa et à la famille élargie.

Qu’il repose en paix.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 20 novembre 2020

À la Une

Modeste Boukadia : LE PARFUM DE LIBERTÉ, ma vision du Congo-Brazzaville

Comment voyez-vous le Congo-Brazzaville dans quelques années ?

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ LE PARFUM DE LIBERTÉ, la nouvelle interview en ligne de Modeste Boukadia :
Lien en bio ⬆️
#1 : Comment voyez-vous le Congo-Brazzaville dans quelques années ?
#2 : Êtes-vous un homme libre ?
#3 : Quelles sont actuellement les conditions nécessaires à la renaissance du Congo ?
#4 :Qu’est-ce que la Transition que vous appelez de vos vœux ?
#5 : En quoi vous sentez-vous profondément congolais ?
#6 : Quel est votre parfum préféré ?
#7 : Comment définiriez-vous votre mission pour le Congo ?
#8 : Quel sera le rôle du Congo-Brazzaville dans la reconfiguration économique et politique de l’Afrique centrale ?
#9 : Êtes-vous un homme de pouvoir ?
#10 : Quelle promesse feriez-vous au monde entier concernant le Congo ?
#11 : Qu’attendez-vous de la jeunesse congolaise ?
#12 : Comment le Congo-Brazzaville redeviendra-t-il une grande nation ?
#13 : Que signifie pour vous être démocrate et républicain ?
#14 : Demain, de quoi serez-vous le plus fier d’avoir accompli ?

Les 14 vidéos sont ici : https://www.youtube.com/channel/UCX1VZMuQ7fVGNICJqHW_iEA

À la Une

Le Congo, l’Afrique et le monde en 2021

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Je félicite Joe Biden pour son élection annoncée comme 46e président des USA et souhaite qu’il contribuera à la reconstruction de l’État au Congo-Brazzaville où se joue, soyons-en sûrs, l’avenir de l’Afrique et du monde.
———-
I congratulate Joe Biden on his election announced as the 46th President of the USA and hope that he will contribute to the reconstruction of the state in Congo-Brazzaville where the future of Africa and the world is at stake, let us be sure.

Modeste Boukadia
Paris, November 7, 2020

À la Une

Moment historique…

https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Quel que soit le prochain président des États-Unis, j’affirme ma volonté d’établir des relations de coopération équitables avec toutes les puissances mondiales dans le cadre de la transition politique à venir au Congo-Brazzaville.
La fracture du peuple américain m’alerte cependant sur le risque de fragmentation en chaîne jusque dans les pays africains sacrifiés à la mondialisation effrénée des échanges.
Dans ce moment historique, j’appelle tous mes compatriotes du Congo-Brazzaville à choisir le chemin de la renaissance africaine : reconstruisons d’abord notre État et notre économie intérieure et soyons capables de répandre en Afrique centrale un parfum de liberté qui révélera au monde l’essence de notre culture fondée sur le partage et l’équilibre.

Modeste Boukadia
Paris, le 6 novembre 2020
——-
https://www.instagram.com/modesteboukadia/ Whatever the next president of the United States is, I affirm my will to establish equitable relations of cooperation with all the world powers within the framework of the political transition to come in Congo-Brazzaville.
The fracture of the American people, however, alerts me to the risk of chain fragmentation even in African countries sacrificed to the unbridled globalization of trade.
In this historic moment, I call on all my compatriots in Congo-Brazzaville to choose the path of African renaissance: let’s first rebuild our State and our internal economy and be able to spread in Central Africa a scent of freedom which will reveal to the world the essence of our culture based on sharing and balance.

Modeste Boukadia
Paris, November 6, 2020

À la Une

LE PARFUM DE LIBERTÉ

Mes amis, la renaissance du Congo-Brazzaville ne se fera qu’avec le concours de tous les Congolais, au pays et dans la diaspora, en particulier celle de France, d’où je vous parle aujourd’hui.

La France, mon pays d’accueil, vit en ce moment une situation grave qui crée néanmoins des prises de conscience salutaires.
Vous devez savoir, amis de France, que le Congo-Brazzaville, pays de mes ancêtres, vit depuis des décennies un drame obscur car l’inexistence de l’État y engendre la spoliation et la division au nom d’un tribalisme politique artificiel.

Voyant l’agitation de ceux qui continuent à nourrir la guerre, la haine et la division, j’appelle solennellement à la raison tous les Congolais de France et d’ailleurs : je vous en conjure, choisissons la paix, l’amour et l’unité.
Je les appelle aussi à l’action : reconstruisons tous ensemble notre nation en montrant que nous voulons répandre dans le monde un esprit de liberté, car c’est notre essence, notre culture, notre histoire.

Du plus profond de mon être, je m’adresse en particulier à ceux, parmi les plus jeunes, qui comprennent peu à peu que leur avenir réel se trouve en Afrique.
Vous les jeunes en Afrique, gardez confiance ! Nous vous ouvrirons de nouvelles possibilités pour votre accomplissement.
Vous les jeunes en France ou ailleurs, pensez au rôle que vous aurez bientôt à jouer dans les changements qui viennent.

Aujourd’hui pour tous les Africains de cœur, noirs, blancs ou métissés, l’heure n’est plus aux pleurnicheries stériles qui nous enferment dans les schémas du passé.
Je vous le dis, la Françafrique est morte avec le Congo-Brazzaville, son épicentre historique. Mais par l’esprit de la France libre que nous avons en partage, j’affirme que la renaissance du Congo-Brazzaville se fera avec la France et non contre la France. Et les autres puissances mondiales, j’en suis convaincu, sauront entendre ce message de coopération ouverte et saine.

Vous le savez, pour moi, le renouveau de mon pays passera par la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.) qui se tiendra sous l’égide des Nations-Unies.
Vous le savez aussi, nos partenaires internationaux attendent que nous soyons capables, nous Congolais et amis du Congo, de travailler ensemble pour préparer cette échéance décisive. La Table ronde prévue pour le 28 novembre 2020 a précisément pour objet de nous donner une légitimité internationale incontestable avant la tenue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville (C.I.R.C.).

Or, dans le contexte actuel, les conditions sanitaires qui nous sont imposées nous obligent à reporter cette Table ronde à une date ultérieure afin qu’elle puisse avoir lieu avec le lustre qu’elle mérite et en présence d’invités venant en nombre de divers pays.

La date du 28 novembre reste cependant un jour-clé pour manifester notre unité et notre foi en l’avenir. Souvenons-nous en effet que nous puisons notre légitimité dans la proclamation de la République du Congo le 28 novembre 1958 et dans la constitution du 15 mars 1992 qui en est le prolongement. Tel est le socle sur lequel nous restaurerons l’État au Congo.

C’est pourquoi, à cette date, nous annoncerons tous ensemble l’avènement d’une phase nouvelle dans notre action collective en partageant « Le parfum de liberté » que nous voulons propager dans les cœurs.
Ce jour-là, le 28 novembre 2020, chacun de nous dégustera le moukalou et le manioc que les mamans de notre pays auront préparés pour symboliser la force et l’énergie dont nous aurons besoin sur le chemin de reconquête qui s’ouvre devant nous.

Vive le Congo !

Modeste Boukadia

À la Une

LA MAIN TENDUE est et demeure la voie

LA MAIN TENDUE est et demeure la voie, le chemin qu’il nous faut prendre pour rapprocher tous les habitants de notre pays afin que tous participent à sa re-construction.

Car il nous faut être conscient les « matalana » (les « m’as-tu vu ») que l’on voit ici et là au pays comme sur les réseaux sociaux, que le Congo est et bien mort. Le temps n’est plus au bilan puisque chacun d’entre nous sait dans quel état se trouve le pays.

C’est pourquoi, la priorité du moment est de se retrouver ensemble pour le ressusciter, pour le faire renaître afin qu’il redevienne comme à l’antan, la République du Congo voulue par nos Pères-Fondateurs.

Vouloir être Lari, Bembe, Mbochi, Kouyou, Tsangui, Vili, Koukouya, Katangais, Makoua, etc. et j’en passe, c’est accepter le suicide collectif.

L’homme fort, ce n’est pas celui qui est capable de faire des coups d’État. L’homme fort n’est pas celui qui prend les armes pour sacrifier des vies humaines.

Mais L’HOMME FORT est celui qui est capable DE SAUVER DES VIES en se dépassant pour ne pas céder à la facilité des armes.

L’homme fort est celui qui emprunte la voie, certes difficile, de la compréhension, de la volonté de rassembler les femmes et les hommes autour de la TABLE pour trouver ensemble des solutions.

Dans le jeu politique, nous n’avons pas d’ennemis au Congo. Il n’y a que des adversaires politiques qui doivent se combattre sur la base des idées. Mais aujourd’hui, vu l’ampleur des dégâts sur tous les plans, social, économique, financier, culturel, et sur l’ensemble du territoire de notre République, les insultes, les injures, les calomnies, les allusions à la trahison ou encore à la collaboration avec les supposés « ennemis », voire ces débats ne sont plus à l’ordre du jour. Et pour cause.

Ceux qui s’adonnent à ces choix ne veulent ni de la paix ni de la tranquillité publique et encore moins de la re-conduction de la République. Ces propos haineux ou revanchards sont le propre des va-t-en-guerre pour semer la désolation et le chaos pour leur propre bénéfice sans lien avec l’intérêt général.

Au point où en est le Congo, notre pays hérité de nos Pères-Fondateurs, chacun de nous doit se ressaisir, se dépasser afin que la MAIN TENDUE soit celle de LA RÉPUBLIQUE pour accoucher la NATION CONGOLAISE qui est la synthèse de nos cultures multiples.

Modeste Boukadia
Paris, le 08 septembre 2020

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès de l’ancien président élu du Congo, Pascal Lissouba

Ce jour 24 août 2020, nous venons d’apprendre le décès de l’ancien président élu du Congo, Pascal Lissouba. Je m’incline devant cette triste nouvelle car le professeur Pascal Lissouba fut le Doyen de la Faculté des Sciences de Brazzaville où j’ai fait mes premières études scientifiques, et il a aussi été Professeur de sérologie à l’Université Paris-Est Créteil avec qui j’ai obtenu mon diplôme de MST (Maîtrise des Sciences et Techniques).

Je présente mes condoléances à la famille biologique du Président Lissouba et à la famille élargie.

Le Président Pascal Lissouba a marqué l’histoire tant politique que scientifique de notre pays. Qu’il repose en paix.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 24 août 2020

À la Une

15 AOÛT 2020 : Allons à la Table Ronde pour re-conduire la République des Pères-Fondateurs

Mes Chers Compatriotes,
Congolaises, Congolais,
Chers Amis,

Ce Jour du 15 Août, le Congo fête ses 60 ans d’indépendance ! C’est une farce que d’organiser cette Fête pour le Congo car être indépendant, c’est permettre à son peuple de se nourrir, de se vêtir, de se soigner, d’avoir un métier ou un travail, d’avoir de l’eau et de l’électricité pour tous, d’avoir régulièrement son salaire ou son revenu, de percevoir ses pensions de retraite, de s’instruire, de se former aux métiers que l’on veut ou que l’on souhaite, c’est de s’exprimer librement et exprimer ses opinions. Être indépendant, c’est de vivre dans un pays démilitarisé où l’on ne pratique pas de génocide de son peuple, c’est vivre dans un pays sans « bébés noirs ». Être indépendant, c’est beaucoup de choses pour épanouir son peuple entre autres : faciliter la vie de chacun à sa mesure pour qu’il soit tout simplement heureux. Nous en sommes bien loin…

C’est pourquoi, de tout temps, j’appelle les Congolaises et les Congolais, tous ceux qui habitent le Congo qui en ont fait leur pays, tous ceux qui y sont nés qui habitent à l’étranger et tous ceux qui l’aiment simplement, de re-conduire la République du 28 Novembre 1958, celle de nos Pères-Fondateurs qui est l’Unique Projet Commun du « Vivre-Ensemble », sans discrimination aucune.

C’est ce Projet que je vous propose en appelant d’aller à la TABLE RONDE qui va définir les thèmes de travail pour la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations Unies pour graver dans le marbre, devant témoin de la Communauté Internationale, LE CONTRAT POUR LA RÉPUBLIQUE pour la concorde, la paix, l’unité et la réconciliation de toutes les régions pour former une seule et unique entité avec toutes ses facettes culturelles qui font notre richesse.

Vive la Table Ronde,
Vive la République

Modeste Boukadia
Paris, le 15 août 2020

À la Une

In memoriam du 11 août 2017

11.08.2017 : évacuation sanitaire en France de Modeste Boukadia – Crédits Photos : Nadine NAGEL.

11 AOÛT 2020 : 3 ANS déjà après avoir été torturé avec tentative d’assassinat lors de ma détention arbitraire pendant 575 jours à la maison d’arrêt de Pointe-Noire, cellule N°1, Pavillon B pour avoir demandé un Gouvernement d’Union Nationale au cours d’un meeting populaire dûment autorisé par l’administration.

En dépit de cela, aujourd’hui, la main tendue reste ferme et inflexible pour sauver des vies des Congolais, indemniser les victimes innocentes qui ont tout perdu à partir de 1993 et revaloriser les carrières des militaires qui depuis 20 ans ont été ignorés ou gelés, en appelant le Peuple à construire la République du 28 Novembre 1958 que de céder à la division et à la violence qui sont des solutions de facilité.
Modeste Boukadia
Paris, le 11 août 2020

À la Une

Créons l’Union Nationale par un Pacte de la Réconciliation de la République

Il est impensable que le Gouvernement de Brazzaville, à qui l’ONU avait demandé d’indemniser les membres du CDRC incarcérés arbitrairement, passe par Kinshasa pour appliquer les recommandations de l’Avis N°44-2014 du Groupe de Travail de l’ONU basé à Genève.

Par lettre en date du 8 janvier 2015, les Nations Unies avaient informé le Président du CDRC, M. Modeste Boukadia, que le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme avait pris un AVIS EXÉCUTOIRE N° 44-2014 recommandant « la libération immédiate et de prendre des mesures nécessaires pour remédier au préjudice matériel et moral subi par les personnes susvisés à savoir tous les membres du CDRC incarcérés arbitrairement en prévoyant une réparation raisonnable et appropriée conformément à l’article 9 (5) du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. »

Le Sous-Secrétaire d’État Américain à la Démocratie et aux Droits de l’Homme, Monsieur Tom Malinowski, s’était rendu à Brazzaville pour régler ce problème des militants du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) et de Modeste Boukadia.

Le gouvernement de Denis Sassou, par la voix de son Garde des sceaux, ministre de la justice, Aimé-Emmanuel Yoka, y avait répondu par la fameuse phrase « ONU ? Connais pas ! »

Qu’est-ce qu’on entend aujourd’hui ?

Tous les membres du CDRC, qui ont été dûment libérés, reçoivent des appels téléphoniques par des personnes se faisant passer pour des Agents des Nations Unies qui les invitent de se rendre à Kinshasa (RDC) afin de percevoir les indemnités de dédommagement de leur privation de liberté citoyenne sans que le Président du CDRC ne soit informé officiellement par lettre des Nations Unies comme cela fut le cas en 2015, lorsque les Nations Unies avaient émis L’AVIS N°44-2014.

Le CDRC RAPPELLE à tous les membres du CDRC que, pour l’instant, il n’y a aucune mission annoncée des Nations Unies pour l’application de L’AVIS N°44-2014. Cette invitation est une opération destinée à attirer dans un guet-apens les membres du CDRC pour les impliquer dans la déstabilisation de la République du Congo ourdie soit par le système en place lui-même pour créer les conditions « idéales » d’une autre déflagration, soit par les tenants du départ de Denis Sassou par la force. Le régime de Brazzaville veut-il en faire de nouveaux « disparus du Beach » ?

Qu’à cela ne tienne, il est impensable que le Gouvernement de Brazzaville, à qui l’ONU avait demandé d’indemniser les membres du CDRC incarcérés arbitrairement, passe par Kinshasa pour appliquer les recommandations du Groupe de Travail de l’ONU basé à Genève.

Le CDRC APPELLE donc les membres du CDRC de ne pas répondre à ces sollicitations sans fondement. L’application de L’AVIS N°44-2014 concernant tous les membres du CDRC incarcérés arbitrairement y compris le BÉBÉ DE 8 MOIS sera arrêtée à la Conférence Internationale.

Le régime de Denis Sassou N’Guesso harcèle les membres du CDRC qui étaient arbitrairement incarcérés

Le Président Modeste Boukadia en tant que victime et Tête de file des victimes de l’intolérance politique du PCT, met en garde les membres du CDRC de ne pas se rendre à Kinshasa ni ailleurs, pour ne pas être accueillis à leur retour au Beach de Brazzaville et être assimilés à un commando voulant fomenter un coup d’État contre un régime à qui il tend la main pour trouver des solutions pérennes à la Conférence Internationale.

Il est clair que tout le monde comprendra que cette situation est paradoxale. Le PCT, lui, fera passer cette situation pour vrai afin de salir l’image du Président Modeste Boukadia, le Pacificateur, l’homme du Pardon et de la Réconciliation.

Le CDRC attire l’attention de l’opinion nationale et internationale quant à l’attitude « va-en-guerre » du PCT contre des gens qui ne demandent que la Paix et la Réconciliation par le biais de la Conférence Internationale. 

Le Président Modeste Boukadia en tant que victime, puis auteur de la saisine de la commission sur les arrestations arbitraires de l’ONU, et en sa qualité de Président du CDRC, se réserve le droit de saisir toutes les Organisations des droits de l’Homme au Congo-Brazzaville, le Bureau des Nations Unies à Brazzaville et à Kinshasa, les Chancelleries présentes à Brazzaville et le Gouvernement du Congo pour une mise en garde afin de ne pas procéder par des manœuvres dilatoires et bondir sur l’opportunité de dialogue qui est la Conférence Internationale que nous proposons afin de trouver des solutions pacifiques pour notre pays dont l’économie est à terre et l’avenir des Jeunes hypothéqués.

La Conférence Internationale, la voie salutaire pour sauver des vies au Congo

Le CDRC INSISTE que le Président Modeste Boukadia est inexorablement déterminé à privilégier la voie de la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations Unies dont les thèmes seront choisis par la Table Ronde qui se tiendrait à Paris dès que les conditions sanitaires liées à la Covid-19 seront favorables. C’est la voie la plus paisible et la plus consensuelle pour re-conduire la République du Congo du 28 Novembre 1958 par LE PACTE DE LA RÉCONCILIATION DE LA RÉPUBLIQUE.

Pour le CDRC
Guy-Richard Mpandou
Conseiller du Président Modeste Boukadia

Paris, le 17 juillet 2020

À la Une

La main tendue est un acte politique majeur

Je suis fier d’être né à Nkoungou, dans le district de Goma Tsé-Tsé. Qui peut prétendre ne pas être fier de l’ethnie dont il est issu ? Je suis fier d’être Lari. Je suis fier d’être congolais. Denis Sassou doit être fier certainement d’être Mbochi. Il doit certainement aussi être fier d’être congolais.

C’est la raison pour laquelle je tends la main à Denis Sassou le digne fondateur du PACTE de la « Réconciliation inter-nordiste ». En 1977, pour préserver le pouvoir au Nord, toutes les ethnies du Nord étaient unanimes lors de l’assassinat du président Marien Ngouabi si l’on se réfère à « Bakongo ba bomi Marien » (Les Bakongo ont tué Marien Ngouabi). Personne au Nord n’avait toussé. Personne n’avait contesté. Les conséquences sont connues.

Ce PACTE a divisé le pays en deux blocs : d’un côté la « Réconciliation inter-nordiste » au détriment de la République ; de l’autre « Les autre» c’est-à-dire les Bakongo.

Avec l’assassinat du Président Marien Ngouabi, la résurgence des évènements de 1959 provoqués par Charles Assemekang et Jacques Okoko dont le crime d’éventrement de la femme Beembe a refait surface.

A la suite de cette « guerre Nord-Sud », dont la racine du mal se trouve dans l’ambiguïté des décisions prises le 28 Novembre 1958 lors de la Proclamation de la République du Congo de jure, Fulbert Youlou tendit la main à Jacques Opangault. Un acte politique majeur pour sauver les vies humaines parce que la vie n’a pas de prix.

Ignorer ou falsifier l’histoire, elle se répétera inexorablement jusqu’à la compréhension. Les problèmes nés d’un conflit historique trouvent les solutions dans la restitution historique. Certains estiment que Jacques Opangault aurait pu être le 1er président de la République du Congo si Fulbert Youlou n’avait pas « volé » sa victoire. Possible. Mais, peut-on être candidat à la présidence d’une République dont on a tourné le dos au moment de la reconnaissance de cette République le 28 Novembre 1958 dans l’après-midi alors que le même 28 Novembre 1958 au matin, Jacques Opangault avait donné son accord ?

AUJOURD’HUI, le Congo se trouve dans une situation tout aussi inextricable. Tendre la main est aussi une volonté politique afin d’instaurer L’Union Nationale pour un vivre-ensemble en tordant le cou au PACTE de la « Réconciliation inter-nordiste » au profit de la République. Cette re-construction de la République du Congo n’est possible qu’avec la volonté politique de part et d’autre et en présence de celui dont on estime qu’il est à l’origine de la séparation du pays en deux entités. C’est le prix à payer pour avoir la paix, pour obtenir la tranquillité publique et engager le pays vers un développement multiforme durable.

IL Y A DES PRÉCÉDENTS. En Afrique du Sud, il y a eu beaucoup de morts. Chacun se souvient des marches pacifiques dans toutes les rues de l’Afrique du Sud qui se terminaient dans des mares de sang.

En Afrique du Sud où les Congolais se ruent pour aller s’y réfugier, Nelson Mandela n’a-t-il pas tendu la main à Pieter Botha et Frederik De Klerk ?

Ce qui s’est fait en Afrique du Sud est possible au Congo Brazzaville. Ce qui s’est fait entre Nelson Mandela en tendant la main à Frederik De Klerk est possible entre Modeste Boukadia qui tend la main à Denis Sassou parce que la vie n’a pas de prix.

La Conférence Internationale dont les thèmes seront discutés lors de la Table Ronde est l’endroit le plus indiqué pour installer L’Union Nationale et sceller le PACTE DE LA RÉCONCILIATION POUR LA RÉPUBLIQUE.

Modeste Boukadia
Président du C.D.R.C.
Initiateur de la Conférence Internationale sur le Congo

Paris, le 08 juillet 2020

À la Une

Modeste Boukadia tend la main à Denis Sassou Nguesso pour la Table Ronde en France

24 JUIN 2020 : LE VRAI JOURNAL SUR FACEBOOK DANS EBAKA SHOW, Modeste Boukadia évoque l’actualité du Congo-Brazzaville, notamment la prétendue élection présidentielle prévue en 2021 alors que les conditions pour sa tenue ne sont pas au rendez-vous tout comme la mauvaise gérance de la pandémie de la covid-19 par le gouvernement de Clément Mouamba.

Face à l’exigence de Sassou Nguesso de vouloir s’éterniser au pouvoir, Modeste Boukadia propose la tenue de la Conférence Internationale pour sauver les vies et par la réinitialisation de la République du Congo du 28 Novembre 1958 dont le prélude est la Table Ronde qui doit se tenir impérativement en France qui est le Premier Partenaire du Congo.

Modeste Boukadia précise que la Table Ronde est le prélude de la Conférence Internationale qui doit mettre en place la Nouvelle République, les Institutions et l’État pendant la période de transition qui doit durer de 3 ans à 5 ans. La communauté internationale désignera un Comité de suivi pendant cette période.

Press CDRC
Paris, 27 juin 2020

À la Une

Remerciements pour l’anniversaire

Chers compatriotes, chers amis et à vous toutes et tous,

Vous avez été très nombreux à me souhaiter le 15 juin dernier un Très Bon, Beau et Joyeux Anniversaire !

Je vous exprime ici toute ma reconnaissance et toute la joie de ce moment de partage, bien que cela s’est fait sur les réseaux sociaux, les SMS, les appels téléphoniques, les lettres arrivées par La Poste et même des vidéos.

Que vous dire d’autres que ce 15 Juin, est le jour où Mâ Loutaya a eu le plus grand bonheur et la fierté de me donner la vie et le cordon ombilical fut enterré à Koungou, district de Goma Tsé-Tsé.

Lire la suite
À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès du député Claude GOASGUEN

Claude Goasguen et Alain Azria

C’est une grande tristesse que de perdre un Ami, Claude GOASGUEN, un humaniste au grand cœur qui se préoccupait du sort des plus faibles et notamment qui était attentif et disponible pour le Congo-Brazzaville. Outre d’être un Ami, il était aussi l’Ami de notre témoin de mariage Jacques Libermann dit Delacour. Mon épouse et moi, nous présentons nos condoléances à sa famille, à ses collaborateurs et à ses amis.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 28 mai 2020

À la Une

Modeste Boukadia s’interroge sur la présence de la Chine au Congo Brazzaville

Au cours de l’émission Ebaka show du 27 mai 2020, le président du CDRC, Modeste Boukadia a répondu aux questions sur l’arrivée massive des Chinois à Brazzaville après qu’ils ont été caillassés à Kinshasa (capitale de la RDC).
Mise à jour le 29/05/2020

Modeste BOUKADIA a mis ensuite l’accent sur le devenir du Congo qui doit décidé lors de la tenue de la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations-Unies.
Au cours de cette rencontre historique, les Congolais devront s’atteler à la restauration de la République, à l’installation des Institutions et à l’autorité de l’État. Tout sera fait pendant la période de transition pour une durée de 3 ans à 5 ans au cours de laquelle l’expression partisane sera concentrée sur la mise en place des Institutions de l’État pour garantir l’avenir de toutes les ethnies du Congo.

CDRC Presse
Le 28 mai 2020 (Mise à jour le 29/05/2020)

À la Une

Modeste Boukadia répond à Denis Sassou sur l’élection présidentielle 2021

Au cours de l’émission Ebaka show du 20 mai 2020, le président du CDRC, Modeste Boukadia a répondu à Denis Sassou suite à l’interview de ce dernier sur France24/RFI le 7 mai 2020.

Denis Sassou a déclaré le 7 mai 2020 à France24 et RFI à la question du journaliste sur l’élection présidentielle de 2021 : « que ça n’est pas d’actualité ». Le président du CDRC (Cercle des Démocrates et Républicains du Congo) Modeste Boukadia répond au président Denis Sassou dans Ebaka show du 20 mai 2020.
Modeste Boukadia reprécise que l’élection présidentielle est une exigence constitutionnelle qui doit être d’actualité. A moins que Denis Sassou ne dise aux Congolais ce qui est d’actualité : l’affrontement entre Jean-Dominique Okemba et Denis Sassou ou le vol de 14.000 milliards des générations futures ?
Aujourd’hui, plus que jamais la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations-Unies s’impose comme solution de normalisation de la vie politique congolaise.

CDRC Presse
Le 27 mai 2020

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif à l’élection présidentielle de 2021 évoquée par Denis Sassou

Image France24

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif à l’élection présidentielle de 2021 évoquée par Denis Sassou à France24-RFI le 07 mai 2020

Après analyse des réponses de Monsieur Sassou aux journalistes de France24 et RFI lors de son interview le 07 mai 2020, il ressort :

  1. De l’élection présidentielle. A la question du journaliste sur cette question constitutionnelle qui semble flairer un éventuel report pour cause du coronavirus, Denis Sassou laisse planer un flou artistique « que ça n’est pas d’actualité ». Le C.D.R.C. réaffirme à ce propos que c’est bel et bien d’actualité puisque nous sommes à trois (3) trimestres de l’élection présidentielle prévue en 2021. A moins que Denis Sassou confirme la suggestion de son « opposant » nommé, Tsaty Mabiala qui lui offrait deux (2) ans supplémentaires.

M. Sassou en évitant de communiquer autour de cette question constitutionnelle, même si c’est une constitution privée, par « l’élection n’est pas d’actualité » confirme que rien n’est prêt et qu’il n’a pas envie d’organiser l’élection présidentielle en 2021 qui aurait lieu dans trois (3) trimestres sous le fallacieux prétexte de la guerre contre le coronavirus pour reporter l’élection. C’est ce que le journaliste avait compris.

2. De sa succession. Cette question a fait éclater au grand jour le désaccord et les tensions profonds entre le vice-Amiral Jean-Dominique Okemba, chef du Conseil National de Sécurité (CNS et renseignements) et Denis Sassou jusqu’à faire dire au neveu l’affreuse vérité sur le génocide des Laris du Pool en précisant : « Nous, lorsqu’on a brûlé le Pool, rien ne s’est passé. Le ciel n’est pas tombé. »

Denis Sassou a évité de communiquer sur les folles rumeurs qui circulent dans le pays autour de la guerre de succession dans son Clan et l’avenir du pays semble suspendu à cette question.

Le C.D.R.C. estime, une fois de plus, que Denis Sassou vient de manquer une belle occasion de tuer la rumeur et rassurer sa population. Dire que cette question qui a créé un grand trouble au sommet de L’État « n’était qu’une légende » sous-entend simplement qu’il n’a pas le courage de décider au risque de mettre le pays à feu et à sang pour une question de succession qu’il aurait promise à plusieurs membres de son entourage.

3. De la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Denis Sassou a demandé à son Sénat de proroger l’état d’urgence sanitaire. Pourtant, selon le rapport officiel du gouvernement congolais, il y a à ce jour : 274 cas de testés positifs, 33 de guéris et 10 décès. Ces chiffres ne peuvent justifier d’enfermer la population si ce n’est la volonté de la tuer par la faim, car la population n’a pas bénéficié d’assistance du gouvernement pour faire face au confinement.

En réalité, cette prorogation de l’état d’urgence sanitaire permet à Denis Sassou d’éviter les manifestations prévisibles qui risquent de balayer son régime.

De ce qui précède, le C.D.R.C. :

  • Estime que la sortie de l’impasse constitutionnelle doit se faire par la Conférence Internationale sur le Congo en vue de préserver la tranquillité publique et la stabilité du Congo-Brazzaville et de la sous-région équatoriale ;
  • Propose la mise en place d’un Gouvernement de Concorde Nationale en vue de l’Union Nationale ;
  • Appelle tous les partis politiques, toutes les congrégations religieuses, la société civile et les organisations de défense des droits de l’homme d’œuvrer tous ensemble pour le respect de la Constitution, même privée, du 25 octobre 2015 promulguée le 6 novembre pour la tenue de l’élection présidentielle prévue en 2021 ;
  • Met en garde toute tentative de jurisprudence Pascal Lissouba 1997 ;
  • Propose de préserver la voie du dialogue et de concertation de la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations Unies qui serait le Comité de suivi des décisions qui seraient prises pour la reconstruction de la République Une et Indivisible.

Fait à Paris, le 10 mai 2020 mis à jour le 05/10/2020 à 23h37

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Initiateur de la Conférence Internationale sur le Congo

À la Une

TABLE RONDE : Appel à la République du Congo du 28 Novembre 1958

Appel à la République du Congo du 28 Novembre 1958 pour la prochaine Conférence Internationale

Chers Compatriotes, Chers Amis,

Vous êtes invités, en vos qualités, à contribuer aux dernières formalités pour l’organisation de la prochaine Conférence Internationale.
Faites-vous connaître pour recevoir votre invitation pour la Table Ronde, réunion préparatoire de la Conférence Internationale.

S’inscrire à : tableronde2020@outlook.fr

Paris, le 21 février 2020
Service Presse CDRC

TABLE RONDE POUR LE CONGO : lettre d’inscription pour la réunion préparatoire de la Conférence Internationale des Nations-Unies pour le Congo-B (Modeste BOUKADIA) : http://congo-liberty.com/?p=23352

https://cdrc-cg.com/2020/02/12/table-ronde-pour-le-congo-lettre-dinscription/

À la Une

Allocution de Modeste Boukadia pour le 61ème Anniversaire de la Proclamation de la République du Congo le 28 Novembre 1958

Mesdames, Messieurs, Chers Compatriotes,

L’honneur m’échoit de m’adresser à vous, une fois de plus, en ce jour mémorial du 28 Novembre où nous commémorons la proclamation de la République du Congo.

Ce jour très symbolique devrait en principe permettre à nos gouvernants, de faire le bilan de l’héritage que nous ont légué nos aînés avec la ferme recommandation de le fructifier.

Malheureusement, la chaîne de transmission des consignes a été rompue par la prise brutale du pouvoir par des révolutionnaires gauchistes aux visées tribalo-claniques incarnés par le PCT et dont les héritiers de ce système maléfique assis sur les larmes et le sang du peuple, ont conduit notre pays, le Congo, dans le mur par une gestion égoïste, scabreuse et approximative sans repère sur ce qui devrait être une bonne gouvernance. 

Lire la suite
À la Une

It’s Time To Make Congo-Brazzaville Great

Modeste Boukadia President of the Circle of Democrats and Republicans of the Congo
March 20, 2018 1:45 AM ET
https://dailycaller.com/2018/03/20/its-time-to-make-congo-brazzaville-great/

You never truly understand the meaning of the words “freedom” and “liberty” until those things are taken from you. It was a cold, dark night in a filthy prison when I first began to really understand what freedom and liberty meant.

I had arrived, a few days earlier, back in my home country. I decided to return home because my fellow countrymen had called me home to once again run for President. I had already run twice and won both times.

Lire la suite
À la Une

Afrique: les Etats-Unis se posent en alternative à la Chine

Le 11 mars 2018 dernier, le président du CDRC Modeste Boukadia mettait en garde contre l’influence de la Chine en République du Congo, lors d’un article publié dans le Washington Time, un media d’importance aux Etats-Unies

Un an plus tard, pratiquement, jour pour jour, le 18 mars 2019 : les Etats-Unis se posent en alternative à la Chine, validant ainsi les analyse posées un an plus tot par le président du CDRC Modeste Boukadia. Lire la suite

À la Une

Modeste Boukadia met en garde contre l’influence de la Chine en République du Congo

Un chef de l’opposition que certains appellent le « nouveau Nelson Mandela » de l’Afrique centrale affirme que Washington doit « résister fermement » à l’influence chinoise sur les nations africaines, de peur que Pékin ne se positionne comme la puissance extérieure dominante sur le continent riche en ressources. Lire la suite