À la Une

It’s Time To Make Congo-Brazzaville Great

Modeste Boukadia President of the Circle of Democrats and Republicans of the Congo
March 20, 2018 1:45 AM ET
https://dailycaller.com/2018/03/20/its-time-to-make-congo-brazzaville-great/

You never truly understand the meaning of the words “freedom” and “liberty” until those things are taken from you. It was a cold, dark night in a filthy prison when I first began to really understand what freedom and liberty meant.

I had arrived, a few days earlier, back in my home country. I decided to return home because my fellow countrymen had called me home to once again run for President. I had already run twice and won both times.

Lire la suite

MERCI A TOUS : 15 juin 1954 – 15 juin 2019

Le 15 juin 1954, Ya Loutaya me donna la vie ! Le 10 avril 2016, elle s’en est allée sans que je ne l’accompagne dans sa dernière demeure… où elle est partie prématurément pour siéger auprès des Mânes. Pour cause de demande de GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE lors des meetings populaires autorisés, l’État despotique du Congo en a décidé que c’est une atteinte à la sûreté intérieure de l’État !

Aujourd’hui, l’absence de légitimité populaire et de légalité républicaine a conduit le Congo dans une faillite institutionnelle qui a entraîné un chaos tant économique que social avec une dette abyssale et des atteintes des droits humains de tous ordres jusqu’au génocide d’État dans la région du Pool dont on ne sait pas comment s’en sortir si ce n’est par la Conférence Internationale des Nations unies qui sera LE GRAND MBONGUI ou LE GRAND KANDZA pour que les Congolaises et les Congolais se retrouvent pour réinitialiser le Congo du 28 Novembre 1958.

Le vase a été renversé. Nul ne peut le remettre en état sans ces retrouvailles. Aucune ethnie seule ne pourra remettre le pays en état de fonctionner. C’est pour cela, et malgré les réticences réciproques profondes qui ont gangrenées chacun de nous sous la férule d’une certaine façon de gouverner le pays en opposant les ethnies les unes aux autres, il nous faut nous dépasser et faire fi de cette gangrène qui est soi-disant le tribalisme, d’aller vers la Conférence Internationale des Nations unies pour nous réapproprier notre pays qui nous appartient tous. Car nous sommes tous liés au même destin sinon nous ne serons pas nés Congolais. Dès lors, seul le destin du pays compte pour construire L’UNION NATIONALE si chère aux Présidents Fulbert YOULOU et Jacques OPANGAULT.

Ce 15 juin 2019 soit pour mes 65 ANS, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui ont la délicatesse de me présenter leurs vœux. Que toutes et tous trouvent ici ma gratitude pleine et entière pour leurs pensées à mon égard.

MERCI A TOUS !

Modeste Boukadia

Paris, le 16 juin 2019

Mortelles prisons au Congo Brazzaville

Mortelles prisons au Congo Brazzaville
Le Grand Débat Radio Africa N°1 – 15/05/2019
Présenté par Francis Laloupo

000-1-modeste-boukadia

« J’ai été jugé devant une cour le 3 mai 2017 et jusqu’à présent le jugement n’a jamais été signé. Or aux termes des conventions si au bout de cinq (5) jours ouvrés si la grosse n’est pas signée, l’individu devient libre. Donc, aujourd’hui, je peux donc me considérer libérer de toutes les contraintes judiciaires du Congo.

L’OCDH, la Croix Rouge Internationale, Amnesty International ont des difficultés à visiter l’intérieur des prisons. Quand j’étais en prison, ces organismes ont du mal à venir me voir. Il y a deux (2) autres prisonniers du CDRC qui pour avoir réclamés la République qui sont encore détenus, il s’agit de M. Sylvain NZINGOULA à la maison d’arrêt de Pointe-Noire et de M. Valentin TSIAKAKA à la maison d’arrêt d’Impfondo qui sont là depuis 2013 à ce jour.

Je souligne que ce gouvernement ne respecte jamais aucun texte qu’il signe puisque les deux noms j’ai déjà cités, les Nations unies, la commission des droits de l’Homme avait pris un Avis pour les faire sortir immédiatement. L’avis date de 2014 (Nations Unies Avis n 2014 44 Republique du Congo – Liberaton des Membres du CDRC.)

J’ai été jugé devant une cour le 3 mai 2017 et jusqu’à présent le jugement n’a jamais été signé. Or aux termes des conventions si au bout de cinq (5) jours ouvrés si la grosse (de jugement, Ndlr) n’est pas signée, l’individu devient libre. Donc, aujourd’hui, je peux donc me considérer libérer de toutes les contraintes judiciaires du Congo.

Je pense que le moment est venu pour tous les Congolais de réintégrer la République et, réintégrer la République c’est d’aller vers une solution qui permet à ce que les Congolais se retrouvent. C’est pour ça que j’appelle de tous mes vœux la Conférence Internationale des Nations unies qui nous permettra enfin de nous asseoir et de remettre l’État et la République au Congo.

Sans cette situation, je ne crains que ce que nous disons aujourd’hui perdure… Et ça sera bientôt les autres qui vont venir, chacun sa république, hier c’était la république d’untel ; aujourd’hui la république de ceci et demain ça sera la république de quoi !

Revenons au point de départ pour remettre la République Une et Indivisible du 28 Novembre 1958 qui nous avait permis une union du pays » (Modeste Boukadia, président du C.D.R.C.)

LeGrandDebat

AFRICA N°1 : https://www.africaradio.com/podcasts/mortelles-prisons-au-congo-brazzaville-20582

CONGO BRAZZAVILLE : A PROPOS DES COTISATIONS STATUTAIRES DE L’OPEP

Modeste Boukadia - Congo Brazzaville
Modeste Boukadia, président du CDRC, Congo Brazzaville

Dans le cadre des accords conclus entre l’État de la République du Congo et l’OPEP le 22 juin 2018, le Congo Brazzaville s’était engagé implicitement à payer les cotisations Statutaires annuelles dues de facto à l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP).

Or, cette année, une lettre conjointe en date du 29 avril 2019 (documents joints) émanant du Ministère des Hydrocarbures ainsi que du Ministère des Finances et du Budget congolais donne injonction aux sociétés pétrolières :

  • Total E&P Congo
  • ENI Congo SA
  • Perenco Congo / Congorep
  • Wing Wah E&P SAU

le paiement de un million sept cent mille euros (1 700 000 €) par an au titre des années 2018 et 2019 directement à l’OPEP sans que ces fonds transitent via les finances de l’Etat congolais.

AppelCotisationOPEP_1

AppelCotisationOPEP_2

Modeste BOUKADIA, Président du CDRC s’étonne d’une telle démarche qui semble être en violation des accords conclus entre l’État congolais et l’OPEP.

En effet, il incombe normalement à l’État de provisionner dans ses comptes publics cette dépense contractuelle de 1.700.000 € et la verser directement à l’OPEP.

Si l’État congolais ne le fait pas, non seulement il modifie de fait le budget du Congo mais aussi les Congolais.es sont en droit de se poser la question de savoir dans quel but ? Doit-on comprendre que les comptes du trésor public congolais sont poreux ou sont sous séquestre ?

N’est-ce pas l’arbre qui cache la forêt d’un déficit abyssal ? Pourquoi une telle pratique ?

On est en droit de s’interroger sur les accords conclus d’une part entre la République du Congo et l’OPEP et d’autre part entre l’État congolais et les sociétés pétrolières !

Que cache au Peuple Congolais cette énième entorse au fonctionnement régulier de l’Etat en matière de comptabilité publique ?

Ce procédé permet donc de diminuer en valeur absolue le montant des dépenses publiques ! Mais quelle en est la finalité : cacher au FMI cette dépense ?

Est-il utile de rappeler que le FMI avait sommé le Congo-Brazzaville, le mauvais élève d’Afrique centrale, d’ouvrir ses comptes ? (Le Monde Afrique et AFP du 21 décembre 2017, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/21/le-fmi-somme-le-congo-brazzaville-mauvais-eleve-d-afrique-centrale-d-ouvrir-ses-comptes_5233055_3212.html). Face à cette situation le FMI avait reporté sine die ses négociations avec le Congo Brazzaville (Jeune Afrique du 07/08/2018 : https://www.jeuneafrique.com/611964/economie/congo-brazzaville-le-fmi-reporte-pour-la-sixieme-fois-lexamen-de-la-situation-economique-du-pays/) suite à ses turpitudes financières avec la Chine par rapport à la dette abyssale détenue à plus de 60% par la Chine et les traders (ADIAC du 09/08/2018 : http://adiac-congo.com/content/dette-exterieure-du-congo-la-chine-et-les-traders-detiennent-plus-de-60-87353).

La Gouvernance du Congo-Brazzaville devrait s’expliquer auprès des Congolais.

Modeste Boukadia
Tél : +33 6 62 92 95 40
Email : modeste.boukadia@cdrc-cg.com

Paris, le 07 mai 2019

Appel à la nation, aux Congolaises et Congolais

Modeste Boukadia - Congo Brazzaville
Modeste Boukadia, président du CDRC, Congo Brazzaville

Mes Chers Compatriotes, Congolaises, Congolais,

À l’heure où différents peuples se soulèvent contre des systèmes iniques je vous invite à prendre la mesure de ce qui se passe dans notre pays le Congo-Brazzaville. Pour ne pas accentuer des déséquilibres déjà en œuvre au sein de nos populations, nous nous devons de travailler tous ensemble dans la re-construction du pays sans velléités de vengeance de tel groupe ethnique sur tel autre et encore moins, d’un citoyen envers un autre. Seules l’indépendance affirmée de la justice et l’impartialité du droit doivent être déterminantes pour sceller notre cohésion et notre mieux-vivre ensemble.

L’objectif est l’Union Nationale de tous les Enfants du Congo, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest afin que chacun soit chez lui au Congo et c’est ensemble que nous avons tous à travailler pour le développement du pays sans exclusion aucune. La Conférence Internationale des Nations unies est la voie la plus indiquée pour éviter d’ajouter des drames inutiles.

Les forces vives du pays, les forces armées congolaises doivent être au service du pays et non au service d’un homme ou d’un groupe d’hommes afin que la paix, la concorde et l’union nationale deviennent les bases de la construction de la nation par l’instauration d’une République Une et Indivisible, celle de nos Pères-Fondateurs du 28 Novembre 1958.

Vive l’Union Nationale !
Vive la République !
Vive le Congo !

Modeste Boukadia
Paris, le 13 avril 2019

Modeste BOUKADIA fait son entrée politique sur Ziana TV


LE 13 JANVIER 2019, Modeste BOUKADIA, le président du CDRC s’est entretenu avec le journaliste Cyr MAKOSSO, sur Ziana TV, sur les questions d’actualité en lien avec la sous-région de l’Afrique Centrale sur les thèmes :
– Élection présidentielle de Mr. Félix Tshisekedi
– Le président Joseph Kabila est-il désormais le héros de la démocratie de la RDC ?
– Le « fameux » coup d’État au Gabon ; que c’est-il concrètement passé ?
– Est-ce que les coups d’État ont-ils encore un avenir en Afrique Centrale ?
– La Conférence Internationale des Nations unies pour le Congo sur laquelle Modeste Boukadia s’appuie pour engager le Congo vers la 2ème République par l’Union Nationale telle que voulue par les Pères-Fondateurs, Jacques Opangault et Fulbert Youlou…

Correctif du comité du CDRC à la lettre du collectif Sassoufit auprès du Ministre français de la Justice

Le 6 Mars 2017, le Collectif Sassoufit a prit la liberté d’écrire au ministre francais de la Justice Jean-Jacques Urvoas, pour le sensibiliser sur la situation de Modeste Boukadia, President du CDRC, en prison au Congo Brazzaville, sans aucun jugement.

Nous avons remercié fraternellement le Groupe #Sassoufit pour son action en defense des libertés individuelles. Ceci étant nous avions tenu à rectifier certains points qui historiquement n’etaient pas exacts. Voici notre lettre ci-dessous publiée à l’idendique par le Groupe #Sassoufit. Lire la suite

« EDITION SPECIALE 8 Mars ». Femmes engagées: Mmes Nadine BOUKADIA et Emilie LIMBONGO NGOKA

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Femme, Ziana TV recevait Mme Nadine Boukadia, épouse du president du CDRC actuellement prisonnier politique, et Mme Emilie LIMBONGO NGOKA dont le mari est aussi prisonnier politique.

Cette emission à été l’occasion d’échanger sur les violations aux droits humains au Congo Brazzaville et à appeler les femmes congolaises à poursuivre leur combat battre contre les injustices, notemment les arrestations d’innocents pour voir exprimé une opinion opposée au parti au pouvoir.

Urgent! Modeste Boukadia de nouveau hospitalisé

Urgent! Nous venons d’apprendre qu’aujourd’hui 24 janvier à 16H, Modeste Boukadia, a été admis à la clinique Guenin de Pointe-Noire. C’est la troisième fois que le president du CDRC est hospitalisé suite aux agressions qu’il a subit dans la Maison d’arrêt de Pointe-Noire, suite à son incarceration arbitraire depuis maintenant plus d’un an. Lire la suite