À la Une

Remerciements pour l’anniversaire

Chers compatriotes, chers amis et à vous toutes et tous,

Vous avez été très nombreux à me souhaiter le 15 juin dernier un Très Bon, Beau et Joyeux Anniversaire !

Je vous exprime ici toute ma reconnaissance et toute la joie de ce moment de partage, bien que cela s’est fait sur les réseaux sociaux, les SMS, les appels téléphoniques, les lettres arrivées par La Poste et même des vidéos.

Que vous dire d’autres que ce 15 Juin, est le jour où Mâ Loutaya a eu le plus grand bonheur et la fierté de me donner la vie et le cordon ombilical fut enterré à Koungou, district de Goma Tsé-Tsé.

Lire la suite
À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif au décès du député Claude GOASGUEN

Claude Goasguen et Alain Azria

C’est une grande tristesse que de perdre un Ami, Claude GOASGUEN, un humaniste au grand cœur qui se préoccupait du sort des plus faibles et notamment qui était attentif et disponible pour le Congo-Brazzaville. Outre d’être un Ami, il était aussi l’Ami de notre témoin de mariage Jacques Libermann dit Delacour. Mon épouse et moi, nous présentons nos condoléances à sa famille, à ses collaborateurs et à ses amis.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Paris, le 28 mai 2020

À la Une

Modeste Boukadia s’interroge sur la présence de la Chine au Congo Brazzaville

Au cours de l’émission Ebaka show du 27 mai 2020, le président du CDRC, Modeste Boukadia a répondu aux questions sur l’arrivée massive des Chinois à Brazzaville après qu’ils ont été caillassés à Kinshasa (capitale de la RDC).
Mise à jour le 29/05/2020

Modeste BOUKADIA a mis ensuite l’accent sur le devenir du Congo qui doit décidé lors de la tenue de la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations-Unies.
Au cours de cette rencontre historique, les Congolais devront s’atteler à la restauration de la République, à l’installation des Institutions et à l’autorité de l’État. Tout sera fait pendant la période de transition pour une durée de 3 ans à 5 ans au cours de laquelle l’expression partisane sera concentrée sur la mise en place des Institutions de l’État pour garantir l’avenir de toutes les ethnies du Congo.

CDRC Presse
Le 28 mai 2020 (Mise à jour le 29/05/2020)

À la Une

Modeste Boukadia répond à Denis Sassou sur l’élection présidentielle 2021

Au cours de l’émission Ebaka show du 20 mai 2020, le président du CDRC, Modeste Boukadia a répondu à Denis Sassou suite à l’interview de ce dernier sur France24/RFI le 7 mai 2020.

Denis Sassou a déclaré le 7 mai 2020 à France24 et RFI à la question du journaliste sur l’élection présidentielle de 2021 : « que ça n’est pas d’actualité ». Le président du CDRC (Cercle des Démocrates et Républicains du Congo) Modeste Boukadia répond au président Denis Sassou dans Ebaka show du 20 mai 2020.
Modeste Boukadia reprécise que l’élection présidentielle est une exigence constitutionnelle qui doit être d’actualité. A moins que Denis Sassou ne dise aux Congolais ce qui est d’actualité : l’affrontement entre Jean-Dominique Okemba et Denis Sassou ou le vol de 14.000 milliards des générations futures ?
Aujourd’hui, plus que jamais la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations-Unies s’impose comme solution de normalisation de la vie politique congolaise.

CDRC Presse
Le 27 mai 2020

À la Une

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif à l’élection présidentielle de 2021 évoquée par Denis Sassou

Image France24

COMMUNIQUE DE PRESSE relatif à l’élection présidentielle de 2021 évoquée par Denis Sassou à France24-RFI le 07 mai 2020

Après analyse des réponses de Monsieur Sassou aux journalistes de France24 et RFI lors de son interview le 07 mai 2020, il ressort :

  1. De l’élection présidentielle. A la question du journaliste sur cette question constitutionnelle qui semble flairer un éventuel report pour cause du coronavirus, Denis Sassou laisse planer un flou artistique « que ça n’est pas d’actualité ». Le C.D.R.C. réaffirme à ce propos que c’est bel et bien d’actualité puisque nous sommes à trois (3) trimestres de l’élection présidentielle prévue en 2021. A moins que Denis Sassou confirme la suggestion de son « opposant » nommé, Tsaty Mabiala qui lui offrait deux (2) ans supplémentaires.

M. Sassou en évitant de communiquer autour de cette question constitutionnelle, même si c’est une constitution privée, par « l’élection n’est pas d’actualité » confirme que rien n’est prêt et qu’il n’a pas envie d’organiser l’élection présidentielle en 2021 qui aurait lieu dans trois (3) trimestres sous le fallacieux prétexte de la guerre contre le coronavirus pour reporter l’élection. C’est ce que le journaliste avait compris.

2. De sa succession. Cette question a fait éclater au grand jour le désaccord et les tensions profonds entre le vice-Amiral Jean-Dominique Okemba, chef du Conseil National de Sécurité (CNS et renseignements) et Denis Sassou jusqu’à faire dire au neveu l’affreuse vérité sur le génocide des Laris du Pool en précisant : « Nous, lorsqu’on a brûlé le Pool, rien ne s’est passé. Le ciel n’est pas tombé. »

Denis Sassou a évité de communiquer sur les folles rumeurs qui circulent dans le pays autour de la guerre de succession dans son Clan et l’avenir du pays semble suspendu à cette question.

Le C.D.R.C. estime, une fois de plus, que Denis Sassou vient de manquer une belle occasion de tuer la rumeur et rassurer sa population. Dire que cette question qui a créé un grand trouble au sommet de L’État « n’était qu’une légende » sous-entend simplement qu’il n’a pas le courage de décider au risque de mettre le pays à feu et à sang pour une question de succession qu’il aurait promise à plusieurs membres de son entourage.

3. De la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Denis Sassou a demandé à son Sénat de proroger l’état d’urgence sanitaire. Pourtant, selon le rapport officiel du gouvernement congolais, il y a à ce jour : 274 cas de testés positifs, 33 de guéris et 10 décès. Ces chiffres ne peuvent justifier d’enfermer la population si ce n’est la volonté de la tuer par la faim, car la population n’a pas bénéficié d’assistance du gouvernement pour faire face au confinement.

En réalité, cette prorogation de l’état d’urgence sanitaire permet à Denis Sassou d’éviter les manifestations prévisibles qui risquent de balayer son régime.

De ce qui précède, le C.D.R.C. :

  • Estime que la sortie de l’impasse constitutionnelle doit se faire par la Conférence Internationale sur le Congo en vue de préserver la tranquillité publique et la stabilité du Congo-Brazzaville et de la sous-région équatoriale ;
  • Propose la mise en place d’un Gouvernement de Concorde Nationale en vue de l’Union Nationale ;
  • Appelle tous les partis politiques, toutes les congrégations religieuses, la société civile et les organisations de défense des droits de l’homme d’œuvrer tous ensemble pour le respect de la Constitution, même privée, du 25 octobre 2015 promulguée le 6 novembre pour la tenue de l’élection présidentielle prévue en 2021 ;
  • Met en garde toute tentative de jurisprudence Pascal Lissouba 1997 ;
  • Propose de préserver la voie du dialogue et de concertation de la Conférence Internationale sur le Congo par les Nations Unies qui serait le Comité de suivi des décisions qui seraient prises pour la reconstruction de la République Une et Indivisible.

Fait à Paris, le 10 mai 2020 mis à jour le 05/10/2020 à 23h37

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.
Initiateur de la Conférence Internationale sur le Congo

Modeste Boukadia rend hommage à Marc Mapingou

Suite au décès de son vieil ami Marc Mapingou le 5 mai, le président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC), Modeste Boukadia lui a rendu un hommage poignant dans l’émission spéciale Ebaka Show animée par Bob Ebaka.

Presse C.D.R.C.
Le 07 mai 2020

Face au confinement, le président du CDRC expose sa vision pour le Congo après le Covid-19 dans l’émission Ebaka Show

Modeste BOUKADIA expose sa vision pour le Congo après le Covid-19 à Ebaka show

10 AVRIL 2020 : LE VRAI JOURNAL SUR FACEBOOK CE SOIR EN DIRECT MODESTE BOUKADIA Modeste Boukadia expose sa vision pour le Congo après le Covid-19. Il donne des pistes pour venir en aide aux plus démunis et met en garde l’utilisation de la Force Publique à des fins personnelles qui risque de déstabiliser les officiers généraux et supérieurs dont la mission est d’assurer la sécurité du pays et de la population.

Face au confinement imposé aux populations du Congo alors que les salaires, les pensions de retraite, les bourses des étudiants ne sont pas payées et l’eau et l’électricité sont inexistantes, le président du CDRC, Modeste Boukadia propose des solutions pour alléger la rigueur du confinement dans l’émission Ebaka Show

C.D.R.C. Press
Mise à jour le lundi 13 avril 2020 – 10h41

LE COVID-19 : QUE FAIT LE CONGO-BRAZZAVILLE ?

Modeste Boukadia, président du CDRC – Crédits photo Nadine Nagel

Je demande instamment à Monsieur Sassou Nguesso, d’instruire l’Ambassadeur Près la France, Monsieur Rodolphe Adada, de se rapprocher de SANOFI-AVENTIS et TEVA, pour une commande massive de la chloroquine, devant être distribuée GRATUITEMENT à tous les habitants du Congo, en ayant soin de bien respecter les doses, comme dans le cas du traitement du paludisme.

Mes Chers Compatriotes, Congolaises, Congolais,

Aujourd’hui, je m’adresse à vous, vous qui êtes en face d’un fléau et démunis.

Ce virus, le COVID-19, par sa propagation très rapide, a pris le monde entier par surprise. Par cette pandémie qu’il suscite, il a imposé le confinement des populations de tous les pays. Le Congo-Brazzaville et les pays de la sous-région ne sont pas épargnés.

Toute politique de santé publique s’appuie sur des structures et du personnel qualifié pour atteindre cet objectif : que les différentes catégories de la population soient prises en charge pour une meilleure santé.

Lire la suite
À la Une

TABLE RONDE : Appel à la République du Congo du 28 Novembre 1958

Appel à la République du Congo du 28 Novembre 1958 pour la prochaine Conférence Internationale

Chers Compatriotes, Chers Amis,

Vous êtes invités, en vos qualités, à contribuer aux dernières formalités pour l’organisation de la prochaine Conférence Internationale.
Faites-vous connaître pour recevoir votre invitation pour la Table Ronde, réunion préparatoire de la Conférence Internationale.

S’inscrire à : tableronde2020@outlook.fr

Paris, le 21 février 2020
Service Presse CDRC

TABLE RONDE POUR LE CONGO : lettre d’inscription pour la réunion préparatoire de la Conférence Internationale des Nations-Unies pour le Congo-B (Modeste BOUKADIA) : http://congo-liberty.com/?p=23352

https://cdrc-cg.com/2020/02/12/table-ronde-pour-le-congo-lettre-dinscription/

Bienvenue à la Banque Centrale d’Afrique !

Le Président du Ghana, Nanan Akufo Addo, a été choisi par l’Union africaine pour la création de Banque centrale africaine (ACB), et du Fonds monétaire africain (AMF).

Le 12 novembre 1999, Ibrahima Signaté (+), Nadine Nagel et Modeste Boukadia créent l’association loi 1901 dénommée GROUPE D’ACTION ET DE RÉALISATION DE LA BANQUE CENTRALE D’AFRIQUE en sigle GABA parue au Journal officiel français le 11 décembre 1999.
Une association présentée au président Kadhafi qui l’avait soutenue.

LES OBJECTIFS DE GABA :
– Organiser des contacts de toute nature en vue de sensibiliser l’opinion et les partenaires à la création d’une banque centrale africaine pour réaliser le marché intérieur des États-Unis d’Afrique ;
– Engager des actions pour la mise en place des modalités et des structures nécessaires à cette construction.

Déclaration de l’association GROUPE D’ACTION ET DE RÉALISATION DE LA BANQUE CENTRALE D’AFRIQUE

VINGT et UN (21) ans plus tard… La Banque Centrale d’Afrique est là comme le témoignent les articles publiés par ivoirebusiness.net le 17/02/2020 Coup de tonnerre/ Banque centrale africaine: L’UA choisit Akufo Addo au détriment d’Alassane Ouattara et par Le Point Afrique 14/02/2020 L’Union africaine s’attelle (enfin) au panafricanisme financier