Modeste Boukadia in Washington DC, 2018

Interview of Modeste Boukadia – March 9, 2018 in Washington DC, USA

Interview of Mr. Modeste Boukadia, the leader of the Republic of Congo political party, Circle of Democrats and Republicans for the Congo or CDRC. The interview took place on March 9, 2018 in Washington DC, USA, during his official working visit where he met various members of the Congres, the Senate and other governmental departments and agencies.

Lire la suite

Modeste Boukadia invité de l’Association LAMBREC

Modeste Boukadia, président d’Honneur de l’Association LAMBREC – Association Modeste Boukadia pour la Renaissance du Congo – s’est adressé, le 21 juillet 2019 à Paris, aux membres adhérents pour les galvaniser à s’atteler aux nombreux défis qui attendent le Congo très endetté et dont les conséquences sur les populations du Congo sont dévastatrices.

Lire la suite

Appel de Modeste Boukadia aux Généraux de Denis Sassou et aux Généraux de la République

Hier, l’Europe a connu et vaincu sa dose de peste noire qui a décimé près de la moitié de la population européenne au milieu du XIVème siècle, de 1347 à 1352, dont l’agent vecteur était un rat venu d’Asie. Aujourd’hui, le Congo Brazzaville est en pleine peste avec un agent vecteur polycéphale dont le foyer principal est Denis Sassou. Les têtes sont Jean Jacques Bouya, Jean-Dominique Okemba, Christel Denis Sassou l’héritier des vices de son papa, Gilbert Odongo, Clément Mouamba, et les autres barons connus du PCT.

Lire la suite

Point de presse de Modeste Boukadia, au sujet du prêt du FMI au régime de Sassou Nguesso

Le FMI accorde un prêt de 450 millions de dollars au Congo-Brazzaville
Celui qui contrôle est celui qui vole au Congo-Brazzaville

Point de presse de M. Modeste Boukadia, président du Cercle des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC) au sujet du prêt accordé au régime de M. Sassou par le FMI.
Paris 21 juillet 2019.

Source : https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/230719/congo-point-de-presse-de-modeste-boukadia-propos-du-pret-du-fmi

Denis Sassou ne sauvera pas le Congo par un endettement supplémentaire

RAPPEL POUR LE PPTE (source AFD, Ambassade de France près le Congo) :
Le 27 janvier 2010, le FMI et la Banque Mondiale ont approuvé le point d’achèvement pour le Congo. Le 18 mars 2010, les créanciers du Club de Paris et le Brésil ont conclu un accord multilatéral de restructuration de la dette congolaise pour un total de 2,4 milliards de dollars US sur une dette extérieure publique totale de 5,6 milliards de dollars. M. Sassou s’était engagé à affecter sur un compte spécial les ressources additionnelles provenant du traitement de sa dette pour financer les objectifs prioritaires : santé, éducation et infrastructures de base dans sa stratégie de réduction de la pauvreté.
Où en sommes-nous avec ces objectifs ?

Dans le même temps, la France avait annulé 1, 24 milliard de dollars US de créances congolaises soit 892 millions d’euros. Elle avait aussi annulé 666 millions de dollars soit 480 millions d’euros de sa dette au titre de l’accord du Club de Paris et 574 millions de dollars soit 412 millions d’euros au titre de son effort additionnel dont 289 millions de dollars soit 207 millions d’euros de Contrat de désendettement et de Développement/C2D). La France avait donc annulé 2127 millions d’euros de dette congolaise entre 2005 et 2010.
Pourquoi tant de générosité à Denis Sassou ?
(Source : https://cg.ambafrance.org/Initiative-en-faveur-des-Pays).

Lire la suite

La constitution du 6 novembre 2015 : un « Permis de tuer »

QUESTIONS : Comment les Nations unies, la France, l’Union européenne, les États-Unis d’Amérique, tous les Etats qui ont leur ambassade au Congo et les diverses Organisations de défense des droits de l’Homme qui auraient tous reçu un exemplaire du premier jet de la Constitution du 25 octobre 2015 pour lecture avant publication ont-ils laissé passer l’Art. 96 qui accorde le PERMIS DE TUER à Monsieur Sassou et au PCT ? Je n’ose pas croire qu’il y a eu une volonté permissive de leur part. Voulaient-ils un autre génocide au Congo comme celui du Rwanda ? Quoique ce qui se passe dans la région du Pool (sud de Brazzaville) serait pire que le Rwanda selon certains observateurs indépendants.

J’étais en prison pendant 575 jours de 2016 à 2017 et je ne pouvais pas en parler quand je suis sorti de prison de la maison d’arrêt de Pointe-Noire. Mais à présent, je me tiens sur mes deux pieds bien debout. Je reprends la main. 

Lire la suite

Pourquoi l’impérative Conférence Internationale pour le Congo ?

Pourquoi est-il impérieux pour tous Congolais d’exiger une conférence Internationale pour le Congo, sous l’égide des Nations Unies et Non pas une Conférence Nationale ou encore un Dialogue Intercommunautaire, alors que les communautés ne se sont jamais affrontées au Congo Brazzaville ? 

Vous êtes sans savoir que depuis l’année 2013, mon parti le CDRC, et moi-même, nous sommes évertués à demander une Conférence Nationale Bis et la mise en place d’un gouvernement de transition afin de repartir sur de nouvelles bases.

Lire la suite
À la Une

It’s Time To Make Congo-Brazzaville Great

Modeste Boukadia President of the Circle of Democrats and Republicans of the Congo
March 20, 2018 1:45 AM ET
https://dailycaller.com/2018/03/20/its-time-to-make-congo-brazzaville-great/

You never truly understand the meaning of the words “freedom” and “liberty” until those things are taken from you. It was a cold, dark night in a filthy prison when I first began to really understand what freedom and liberty meant.

I had arrived, a few days earlier, back in my home country. I decided to return home because my fellow countrymen had called me home to once again run for President. I had already run twice and won both times.

Lire la suite

MERCI A TOUS : 15 juin 1954 – 15 juin 2019

Le 15 juin 1954, Ya Loutaya me donna la vie ! Le 10 avril 2016, elle s’en est allée sans que je ne l’accompagne dans sa dernière demeure… où elle est partie prématurément pour siéger auprès des Mânes. Pour cause de demande de GOUVERNEMENT D’UNION NATIONALE lors des meetings populaires autorisés, l’État despotique du Congo en a décidé que c’est une atteinte à la sûreté intérieure de l’État !

Aujourd’hui, l’absence de légitimité populaire et de légalité républicaine a conduit le Congo dans une faillite institutionnelle qui a entraîné un chaos tant économique que social avec une dette abyssale et des atteintes des droits humains de tous ordres jusqu’au génocide d’État dans la région du Pool dont on ne sait pas comment s’en sortir si ce n’est par la Conférence Internationale des Nations unies qui sera LE GRAND MBONGUI ou LE GRAND KANDZA pour que les Congolaises et les Congolais se retrouvent pour réinitialiser le Congo du 28 Novembre 1958.

Le vase a été renversé. Nul ne peut le remettre en état sans ces retrouvailles. Aucune ethnie seule ne pourra remettre le pays en état de fonctionner. C’est pour cela, et malgré les réticences réciproques profondes qui ont gangrenées chacun de nous sous la férule d’une certaine façon de gouverner le pays en opposant les ethnies les unes aux autres, il nous faut nous dépasser et faire fi de cette gangrène qui est soi-disant le tribalisme, d’aller vers la Conférence Internationale des Nations unies pour nous réapproprier notre pays qui nous appartient tous. Car nous sommes tous liés au même destin sinon nous ne serons pas nés Congolais. Dès lors, seul le destin du pays compte pour construire L’UNION NATIONALE si chère aux Présidents Fulbert YOULOU et Jacques OPANGAULT.

Ce 15 juin 2019 soit pour mes 65 ANS, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui ont la délicatesse de me présenter leurs vœux. Que toutes et tous trouvent ici ma gratitude pleine et entière pour leurs pensées à mon égard.

MERCI A TOUS !

Modeste Boukadia

Paris, le 16 juin 2019

Le Président du C.D.R.C. Modeste Boukadia fait état des Fonds congolais en Chine détournés par des Ministres

Modeste Boukadia fait état des Fonds congolais en Chine détournés par des Ministres (Paris, 26/05/2019)

Lors de on point de presse tenu le 25 mai 2019 à Paris, le Président du C.D.R.C., Modeste Boukadia a tenu à mettre en exergue la fidélité dans les convictions en ces termes :
« Être fidèle dans ses convictions politiques et à ses partenaires apportent la stabilité au pays. Il faut savoir interpréter l’Histoire qui dans une certaine mesure est malléable avec des possibilités de fluctuation, d’accélération voire de ralentissement pour favoriser des accouchements en les rendant moins pénibles… Si les hommes et les femmes qui forment l’opinion publique et s’ils sont ensuite investis des responsabilités, ils peuvent convenablement interpréter la réalité historique à laquelle le pays est confronté pour être utiles. »