Entretien Exclusif – Le Dr Nadine Boukadia lance un Avis de recherche contre Jean-Claude Toutissa

#AffaireBoukadia. Lors d’un entretien exclusif sur Ziana TV, Mme Nadine Boukadia, l’épouse de M. Boukadia, a lancé un avis de recherche pour retrouver le Président du Tribunal Jean-Claude Toutissa. En effet, M. Toutissa a disparu depuis un mois, sans laisser de traces, refusant ainsi de signer un jugement qu’il a lui-même prononcé contre un citoyens innocent, Modeste Boukadia.

Sous cette image amusante, se cache, une  réalité autrement plus grave, un danger de mort.  Mr. Toutissa joue-t-il à cache-cache comme un enfant, pendant que la vie d’un innocent est en danger ?

Voir la vidéo:

Où est passé le Juge Jean-Claude Toutissa?

Lors de cet entretien exclusif, Mme Boukadia s’est étonnée de ce que le jugement prononcé le 3 mai 2017 n’a toujours pas été signé un mois après son prononcé.

Or sans la signature de ce jugement, un innocent, Modeste Boukadia risque de mourir à l’hôpital, faute de soins adéquats, ce qui rendrait donc M. Toutissa coupable d’homicide involontaire, au même  titre que le Ministre de la Justice et son parent Pierre Pongui, directeur de la maison d’arrêt de Pointe-Noire sont déjà coupables d’avoir organisé une tentative d’assassinat à l’encontre de Modeste Boukadia.

Que ceux qui ont des informations sur le juge Toutissa nous les envoie au plus vite car il doit signer l’arret du jugement qu’il a rendu le 3 mai 2017 contre Modeste Boukadia. 

Avis de recherche M. Toutissa Congo boukadia

Retour sur l’attentat à la vie de Modeste Boukadia

Mme Nadine Boukadia est aussi revenue sur la tentative d’assassinat orchestrée par Pierre Pongui, directeur de la Maison d’Arrêt de Pointe-Noire, en complicité et/ou sur ordre de son parent, le ministre de la Justice Pierre Mabiala. Le 15 novembre 2016, Pierre Pongui avait tenté d’assassiner Modeste Boukadia, tentant de lui injecter une seringue remplie d’air, faisant monter plusieurs policiers de la garde de la maison d’arrêt sur son dos alors qu’il était plaqué face contre terre, les bras retournés dans le dos et menottés. Cette agression lui occasionne de graves problèmes cardiaques. Pierre Pongui avait reconnu devant les policiers de Comus (commandement des unités spécialisées) : « J’ai manqué à ma mission, ne vous fiez pas à ses cheveux blancs ! ».

 

Retour sur une « Affaire Boukadia » parsemée de vices de procédure

Au cours de cet entretien exclusif avec Ziana TV, Mme Boukadia a rappelé les différents vices de formes, manques de preuves, non respect des délais. Le dossier à charge contre Modeste Boukadia était tellement vide de preuves que l’avocat de l’Etat congolaise lors du procès avait demandé l’acquittement.

Maître Malonga : « Modeste Boukadia propose une autre solution pour le Congo »

Lors du procès, Me Malonga avait brandit le livre de Modeste Boukadia, « Ci-Git le Congo-Brazza, Sassou Nguesso m’a tuer”, affirmant que ce livre est la preuve que le président du CDRC ne souhaite pas attenter à l’État, comme le souligne l’accusation, mais au contraire souhaite sauver cet Etat du Congo en faisant des propositions concrètes.

Cet argument important a souligné à quel point ce procès est un procès politique.  Ce qui peut expliquer pourquoi l’avocat de l’Etat avait demandé l’acquittement.

Manipulations d’images : non M. Boukadia n’a pas pleuré à propos du verdict… mais pour le décès de sa Mère

Mme Nadine Boukadia, présente lors du procès a aussi révélé que la scène où l’on voit M. Boukadia en larmes, n’a pas eu lieu au moment du verdict, mais comme on le lit sur certaines pages de désinformation, mais au début du procès. Dans un acte de cruauté gratuite le procureur demandait à M. Boukadia posait des questions très personnelles sur sa famille.

“Vous entendiez-vous avec votre frère?”

“Oui avant que le PCT ne le tue”, répondit M. Boukadia faisant référence à son frère assassiné par le PCT durant la première période dictatoriale dirigée par Mr. Denis Sassou, avant la Conférence Nationale.

Puis l’avocat indélicat avait demandé à M. Boukadia ses sentiments vis-à-vis de sa mère, qui était décédée en avril 2016. M. Boukadia s’était vu refusé le droit d’assister à son enterrement et n’avait donc pas pu faire le deuil.

Pensée pour le Pool

En conclusion de l’interview, à la question de savoir s’ils avaient pu discuter de la situation du Pool avec le président du CDRC, Mme Boukadia a précisé que la situation du Pool est présente dans l’esprit de son mari, qui souffre dans son âme lorsque l’on ôte la vie d’un innocent car chaque vie ôtée, est celle d’un parent proche ou éloigné. Et de conclure en disant que le Congo est “une famille” ou les différents clans sont présents dans toutes les parties du territoire.

La Redaction, Cercle Des Democrates et Republicains du Congo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s