LE COVID-19 : QUE FAIT LE CONGO-BRAZZAVILLE ?

Modeste Boukadia, président du CDRC – Crédits photo Nadine Nagel

Je demande instamment à Monsieur Sassou Nguesso, d’instruire l’Ambassadeur Près la France, Monsieur Rodolphe Adada, de se rapprocher de SANOFI-AVENTIS et TEVA, pour une commande massive de la chloroquine, devant être distribuée GRATUITEMENT à tous les habitants du Congo, en ayant soin de bien respecter les doses, comme dans le cas du traitement du paludisme.

Mes Chers Compatriotes, Congolaises, Congolais,

Aujourd’hui, je m’adresse à vous, vous qui êtes en face d’un fléau et démunis.

Ce virus, le COVID-19, par sa propagation très rapide, a pris le monde entier par surprise. Par cette pandémie qu’il suscite, il a imposé le confinement des populations de tous les pays. Le Congo-Brazzaville et les pays de la sous-région ne sont pas épargnés.

Toute politique de santé publique s’appuie sur des structures et du personnel qualifié pour atteindre cet objectif : que les différentes catégories de la population soient prises en charge pour une meilleure santé.

À l’heure de la pandémie du COVID-19, tous les pays responsables mobilisent leurs structures de santé pour gagner cette guerre sanitaire en faisant de la Prévention Santé Environnement.

Mes Chers Compatriotes, notre pays, le Congo, hélas, est en déficit de ces structures sanitaires et d’un manque cruel de femmes et d’hommes formés pour conduire une structure sanitaire adéquate, pouvant répondre à ce besoin face à cette pandémie qui touche tous les pays du monde.

Au Congo, suffit-il de crier à l’unité nationale pour que le COVID-19 ne tue pas les Congolais au CHU ? Doit-on implorer une quelconque divinité pour que le COVID-19 épargne les Congolais ? Faut-il imposer le confinement comme partout ailleurs ? Comment se laver les mains puisque l’eau ne coule pas dans les robinets ? Comment préserver la sécurité des aliments pendant le confinement quand les réfrigérateurs n’ont pas d’électricité ? Comment arrêter la propagation de la contagion du COVID-19 dans les transports et dans les marchés ?

Nous sommes créatifs et des battants. Sur ce plan, je vous fais confiance.

L’heure est inquiétante. N’est-ce pas dans la zone tropicale que des scientifiques ont trouvé le principe actif de la nivaquine ? Nos anciens connaissent.

Il n’y a que la science qui peut nous aider à vaincre ce fléau.

Le professeur Pascal Lissouba et moi, souhaitions en collaboration avec l’Institut Pasteur de Paris, d’installer à Brazzaville un Institut Pasteur et d’y former le personnel, pour travailler à la veille sanitaire des maladies endogènes qui nous préoccupent. Malheureusement, ce grand projet n’a pu aboutir pour des réticences politiques.

Cela ne veut pas dire que nous devons, face à cette menace présente, rester tétanisés, sans rien faire. L’urgence nous commande d’être INVENTIF et D’AGIR AU PLUS VITE.

Nous avons pu voir, des vidéos postées, que les locaux et les surfaces de la présidence de la République, ont été désinfectés par des produits pulvérisés.

Cela veut dire, qu’il y a la possibilité d’agir de même, pour les lieux à fortes concentrations humaines, que sont tous nos marchés à ciel ouvert et tous les bâtiments publics.

Les pulvérisations à grande échelle se faisaient déjà au Congo contre les moustiques.

De même, le Congo est un pays, dont les habitants sont souvent traités par la nivaquine ou la flavoquine, contenant de la chloroquine.

C’est la raison pour laquelle j’ai signé la pétition, pour que la chloroquine soit administrée.  L’urgence, c’est stopper pour l’heure le COVID-19.

C’est pourquoi, je demande instamment à Monsieur Sassou Nguesso, d’instruire l’Ambassadeur Près la France, Monsieur Rodolphe Adada, de se rapprocher de SANOFI-AVENTIS et TEVA, pour une commande massive de la chloroquine, devant être distribuée GRATUITEMENT à tous les habitants du Congo, en ayant soin de bien respecter les doses, comme dans le cas du traitement du paludisme.

Se rapprocher de Sanofi-Aventis et Teva, permettra d’avoir une traçabilité des médicaments qui seront administrés à la population.

Mes chers compatriotes, à l’issue de cette guerre contre le COVID-19, guerre qui ne se fait ni avec des poings, ni avec des couteaux et encore moins avec des fusils, mais avec des décisions politiques avisées, nous aurons à trouver une solution pour reconduire notre pays, sur la voie de l’Union Nationale, à l’instar de nos pères fondateurs.

Peuple Congolais, je sais que vous êtes un Peuple fort et capable de surmonter tout.

L’heure est venue de nous dépasser, de nous unir, de taire nos différences, afin de nous atteler tous ensemble à combattre l’ennemi commun du moment : LE CORONAVIRUS.

J’adresse tout mon soutien aux médecins, aux infirmiers et à tout le personnel de santé, qui sont déjà à pied d’œuvre malgré l’inexistence des structures sanitaires adéquates, et je souhaite beaucoup de courage à nos parents et à ceux qui sont dans la détresse.

Mais, au-delà de tout, nous devons nous unir pour vaincre et être DEBOUT et FIERS.

Vive le Congo,
Vive la Conférence Internationale,
Je vous remercie.

Modeste Boukadia

France, le 25 mars 2020

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s