Modeste Boukadia demande l’annulation de l’élection du 21 mars 2021

Au vu des reportages dans les médias, le peuple congolais ne s’est pas déplacé en masse lors de cette élection pour laquelle nous défendions activement l’idée de la désobéissance civile afin de ne pas tomber dans ce scénario joué d’avance consistant à annoncer la victoire du candidat éternellement en place.
Le décès de Guy Brice Parfait Kolélas vient encore, si besoin en était, nous rappeler l’utilité des combats que nous menons pour  la renaissance de notre République, tant attendue et tant désirée, mais que ne cessent d’éluder ceux du PCT.

Par conséquent, moi, Modeste Boukadia, président du CDRC, je demande au Président du Conseil constitutionnel de nous dire le droit relatif à l’élection présidentielle, notamment en son article 70 sur l’invalidation de l’élection en cas de force majeure. Et cette mort brutale d’un des candidats en lice qui était le plus en vue en est assurément un.

J’en appelle par ailleurs au peuple congolais pour qu’il reste calme et ne donne pas l’occasion à ceux qui sont à la tête de ce régime et au premier d’entre eux, M. Sassou Nguesso, d’embraser une nouvelle fois notre pays.

Comment comprendre sinon que M. Sassou Nguesso, en dépit de tout bon sens, ait autorisé la tenue de telles élections pour se maintenir au pouvoir alors que, du fait de sa gouvernance calamiteuse depuis plusieurs décennie, il aura rendu le pays inapte et rétif à tout développement économique et qu’il se sera montré incapable d’œuvrer pour épanouissement de ses citoyens ?
Comment comprendre également que Monsieur Firmin Ayessa, ministre de son état dans le gouvernement de M. Sassou Nguesso, dans ses propos lors d’un meeting public à Owando en date du 16 mars 2021, se soit autorisé à menacer verbalement M. Guy-Brice Parfait Kolélas, candidat à la présidence de notre République et M. Jean Jacques Yhombi, son colistier dans cette campagne ?
Ces faits sont très graves et doivent faire l’objet d’une enquête indépendante car si l’hypothèse du Covid-19 est mise en avant, des sources non moins crédibles font, elle, état d’un empoisonnement.

Funeste mois de mars ! M. Guy Brice Parfait Kolélas serait décédé à minuit entre le dimanche 21 mars, date de la tenue du premier tour des élections, et le lundi 22 mars : doit-on voir un malencontreux hasard dans le fait que Guy-Brice Parfait Kolélas soit décédé la veille du 22 mars, date-anniversaire de l’assassinat du Cardinal Émile Biayenda ? L’avenir sans doute ne manquera de nous éclairer sur ce fait-là aussi.

Au nom du peuple congolais, et avec solennité, je demande la tenue de la Conférence internationale pour la renaissance du Congo-Brazzaville, seule issue à même de consolider notre peuple aujourd’hui éparpillé et de poursuivre ce qu’ont tenté de faire au cours de cette élection MM. Guy-Brice Parfait Kolélas et Jean Jacques Yhombi à qui je rends un vibrant hommage pour leur action salvatrice en faveur de notre pays et de notre démocratie.

Modeste BOUKADIA
Président du C.D.R.C.

Paris, le 22 mars 2021 – 20:05

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s