Vœux 2020 de Modeste Boukadia au peuple congolais

Congolaises, Congolais,
Mesdames et Messieurs,
Mes chers compatriotes,

Il y a quelques années, comme beaucoup d’entre nous au village, pour préparer le Réveillon de la Saint-Sylvestre, tout le monde se précipitait pour aller acheter son cabri sur pied. Un cabri vivant. Celui qui m’avait été vendu était une femelle pleine, une chèvre. L’animal a fini sa paisible vie dans la parcelle où j’habitais, rue Ngassa à Kinsoundi. Elle avait mis bas le 1er janvier 1996. J’ai donc dû me résoudre à acheter de la viande pour que Maman Loutaya prépare le repas du Jour de l’An et Mia, c’est le nom auquel répondait le petit cabri, grandit dans la parcelle et entrait même dans la maison sans avoir peur, chose que ne faisait jamais sa mère.

C’est cette joie de vivre que nous devrons retrouver.

En ces années-là, nous nous retrouvions aussi avec des membres du PCT, de l’UPADS, du MCDDI sans se poser de questions sur nos origines des uns et des autres. Nous étions là, Congolais que nous étions pour discuter, échanger et penser le Congo. La région, la tribu n’avaient pas d’emprise sur nous lors de nos rencontres. Nous étions simplement des Congolais. Chacun avait sa vision. Nous prêtions attention sur les propos des uns et des autres pour proposer ensemble des solutions de construction du pays.

Tout comme en France, nous nous retrouvions aussi sans distinction de région et d’ethnie autour des déjeuner-débats à la Défense pour mettre fin à la tragédie qui secouait le pays. Nous étions tous des Congolais sans s’intéresser aux origines ethniques. Mais simplement des Congolais qui se retrouvaient pour tenter de comprendre ce qui nous arrivait.

Comme chaque année, Vous et moi, nous avons rendez-vous, Ensemble pour que cette nouvelle année soit apaisante, sereine, harmonieuse.

Aux jeunes, notre belle jeunesse, c’est Vous l’avenir du Pays. C’est à Vous de nous faire rêver ! Il nous faut être les meilleurs pour obtenir un 20/20… obligé par cette année 2020 !

Le temps n’est plus au bilan. L’heure n’est plus aux hésitations. Nous connaissons tous l’état dans lequel se trouve le pays. Le temps n’est plus au retranchement, au repli sur soi. L’heure est au choix de ce que nous voulons pour le Congo.

L’Année 2020 est l’année de l’exigence de chacun de nous d’être intimement Congolais en dépassant nos peurs réciproques qu’on nous a inculquées et de nos divergences idéologiques qui sont du passé obsolète qu’on nous a imposé pour empêcher l’Union Nationale qui est le Vivre-Ensemble pour que nous devenions le peuple du Congo.

Oui, l’Année 2020 est l’aube pour le Congo car une longue nuit s’achève et le soleil se lève. Le Congo resplendit. Le Congo c’est vous… Le Congo c’est nous tous !

Quand je dis Le Congo c’est vous, certains vont me répondre : on le sait ! Mais, ce n’est pas le fait de le savoir. C’est de le vivre qui est important pour participer à la renaissance du Congo, de notre pays qui est notre bien commun.

C’est l’effort que chacun de nous doit faire pour que l’Année 2020 soit notre Renaissance.

Cependant, ne soyons pas dupes sur les visées des tenants du dialogue inclusif dont l’issue déjà connue est de se préparer à une pseudo élection en 2021 qui ne fera qu’accroître les dissensions dans le pays. Et pour cause. Les solutions pour résoudre les problèmes ne seront pas au rendez-vous. La mauvaise gouvernance qui est à l’origine des maux dont souffre notre pays du Nord au Sud sera toujours présente. C’est la raison pour laquelle, nous devons nous surpasser, ne plus avoir peur de l’autre, de se faire confiance même si l’on ne s’aime pas mais de s’entendre sur l’essentiel : sauver le pays de l’implosion, de la division qui nous guette si l’on ne prend garde, car tous les ingrédients sont rassemblés.

Mes Chers Compatriotes,

Il semble que Monsieur Sassou Nguesso sera de nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2021. Est-ce que les problèmes engendrés par la dernière élection de 2016 vont-ils trouvés les solutions d’apaisement ? Est-ce que le recensement de la Population et de l’Habitat notamment dans la région du Pool sera-t-il effectué pour qu’il n’y ait plus de députés nommés pour cette région ? Est-ce que les 48 mesures du FMI censées apporter un mieux-être pour les populations du Congo seront-elles enfin appliquées pour engager une gouvernance objective et digne ?

Voilà quelques problèmes qui doivent d’abord être résolus pour que cette élection 2021 n’engendre pas d’autres problèmes qui maintiendraient le Congo dans le chaos actuel.

J’ai aussi entendu, tout comme vous tous, la possibilité du report de l’élection de 2021 pour deux ans. Cela ne serait pas de nature à apaiser le climat politique. Parce qu’il y a un précédent, celui du président Pascal Lissouba dont la Constitution du 15 Mars 1992 permettait un report officiel de 90 jours. Nous savons tous ce qui est advenu. Le coup d’État du 5 juin 1997 en plein mandat présidentiel. Personne n’est dupe que la situation actuelle est le résultat de ce coup d’État. Aussi, s’engager dans cette voie de report semble téméraire sauf si une garantie internationale est acquise.

J’ai aussi entendu qu’il fallait une amnistie générale ; chose que j’avais déjà proposée auparavant dans le seul but d’apaiser le pays car il y a un temps pour chaque chose.

Aujourd’hui, le temps est à la construction du pays, à l’apaisement pour venir en aide à toutes nos populations sinistrées, à toutes les victimes de la crise économique et financière qui est en train de ronger le pays jusqu’à ne plus savoir où cela va se terminer. Il y a aussi les inondations et les glissements de terrains qui font des ravages difficiles à gérer et qui nécessitent en leur apportant des aides et une assistance à apporter à tous nos concitoyens : des vêtements, de la nourriture, de l’eau potable, des groupes électrogènes. Il y a également et surtout la question de la guerre contre les civils dans la région du Pool où un génocide a été commis. Oui, le mot génocide a été prononcé à Genève en novembre 2018. Il ne s’agit donc pas d’un génocide imaginaire. Il nous faut impérativement trouver de vraies solutions à ce problème qui nécessite une expertise extérieure. Il y a également la situation de la ville de Pointe-Noire, capitale économique où la population souffre de la pollution du gaz de di-hydrosulfure ou H2S, tout comme les propriétaires fonciers qui ne reçoivent aucune rente. Ces situations doivent trouver des solutions qui font partie de l’apaisement.

De tout ce qui vient d’être dit, le gouvernement de Monsieur Clément Mouamba et Monsieur Denis Sassou Nguesso ne sont pas en mesure d’y apporter les remèdes puisqu’ils sont incapables d’engager les réformes structurelles indispensables pour colmater les trous du réservoir des finances, alors qu’avec les Accords du FMI, ils clamaient qu’ils feraient des miracles. Mais peuvent-ils faire des miracles lorsqu’on a déjà conduit une banque et le pays à la faillite ?

Il y a aussi, le silence de Denis Sassou Nguesso qui s’additionne à son incapacité à sanctionner les vrais coupables alors que des innocents sans vrai procès croupissent dans les prisons, où à tout instant, ils risquent une atteinte à leur vie par empoisonnement.

OUI, il nous faut regarder la réalité en face. Depuis les régions du Nord jusqu’aux régions du Sud, toutes les populations sont à bout. Elles languissent et désespèrent. Elles réclament un changement de paradigme. Un changement de politique. Un changement de vie. Des hôpitaux qui soignent. Des écoles qui forment. De l’eau potable parce que le Congo dispose d’un grand réseau de cours d’eaux, plus qu’il n’en faut. De l’électricité pour créer des entreprises. Mais aussi de l’eau et de l’électricité pour tous les ménages.

OUI, les Congolaises et les Congolais aspirent au bonheur, à la joie de vivre. Les Congolaises et les Congolais ne veulent plus de politique de faux espoirs, de slogans creux et mensongers de Chemin d’avenir, d’Espérance, de Nouvelle Espérance, d’Emergence, d’Incarnation d’espoir, de nouvelle République…

Ils veulent du pragmatisme.

C’est pourquoi la solution que le Congo attend est celle de la Conférence Internationale des Nations Unies, en vue d’un juste partage des revenus et de la réinitialisation du logiciel national de la gestion des affaires publiques pour une gouvernance objective et digne. 

Congolaises, Congolais, Mes Sœurs, Mes Frères,

Le Congo, c’est vous… Plus vite, nous serons nombreux à décider à devenir acteur de l’avenir du Congo, plus vite, nous allons nous mêler au débat sur le devenir ensemble, plus rapidement nous nous libérerons de la mauvaise gestion.

Mes Chers Compatriotes,

VOUS ÊTES LE PEUPLE. Le Congo, c’est vous… Nous sommes capables de nous entendre pour prendre notre destin commun en main. Nous avons besoin des témoins extérieurs pour nous assister à nous reconstruire. Seule la Conférence Internationale des Nations Unies saura débloquer la situation du Congo sinon c’est l’avenir de nos arrière-petits-enfants qui sera hypothéqué pour toujours. Parce qu’ils seront condamnés à rembourser une dette abyssale dont nous ignorons tous les tenants et les aboutissants.

Faut-il reporter l’élection présidentielle de 2021 à deux ans ? NON. A cause de la jurisprudence de Pascal Lissouba. Faut-il les maintenir à la date prévue ? OUI. Mais, il faut d’abord et avant tout, le recensement de la Population et de l’Habitat notamment dans la région du Pool pour savoir le nombre exact de ceux qui manquent à l’appel. Et pour qu’enfin cette région élise ses députés au lieu d’avoir des députés nommés.

Pour le recensement de la Population et de l’Habitat, l’Union Européenne dispose de l’expertise indispensable.

Mes Chers compatriotes,

En définitive, la solution pour que le Congo se retrouve avec lui-même, pour que les Congolaises et les Congolais se regardent en face pour se construire un Avenir commun, pour sortir le pays du chaos ambiant, c’est celle de la concertation dite Conférence Internationale des Nations Unies pour le Congo. Il nous reste à soutenir le dossier qui se trouve au Conseil de Sécurité des Nations Unies qui sera le témoin de la Renaissance du Congo.

C’est le seul endroit où tous Ensemble, nous pourrons décider de reporter l’élection présidentielle et de prendre un texte d’amnistie générale car la Conférence Internationale des Nations Unies sera souveraine donc incarnera le Peuple Congolais dans sa légitimité.

Rêvons ce Congo. Construisons ce Congo.

Oui, Le Congo, c’est nous tous… Ensemble construisons l’avenir ! Du Congo et de l’Afrique Centrale en termes de marché intérieur.

Je vous souhaite une Année aussi douce que nos ananas que nous partageons en cette saison avec BUANANA car rien ne résiste à la volonté d’un Peuple Uni et Décidé…

BUANANA 2020 !

Vive la Conférence Internationale !
Vive le Congo !

Je vous remercie.

Modeste Boukadia
Président du C.D.R.C.
Paris, le 01 janvier 2020

AUDIO : vœux de Modeste Boukadia au peuple congolais

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s