Une transition politique s’impose pour sauver l’unité du pays

Sassou Nguesso battu par un mort !

Selon la version officielle, Guy-Brice Parfait Kolélas serait mort « avant l’ouverture des bureaux de vote » bien qu’un faisceau de preuves montre qu’il est bien mort le samedi 20 mars 2021 vers 20h00 GMT soit 21h00, heure de Brazzaville.

De plus, malgré le fort taux d’abstention due à la désobéissance civile, d’après les vrais résultats compilés par le professeur de droit Désiré Moussoki, curieusement décédé le 29 mars, Guy-Brice Parfait Kolélas aurait même battu Denis Sassou Nguesso.

Henri Bouka (président de la commission nationale électorale indépendante, CNEI et président de la Cour suprême) et Auguste Iloki (président du conseil constitutionnel) vont-ils oser valider l’élection de leur parent Sassou Nguesso ?

La Cour constitutionnelle doit invalider le scrutin au regard de l’art. 70 de ma constitution de 2015 : « Si avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve définitivement empêché, la Cour constitutionnelle prononce le report de l’élection. En cas de décès ou d’empêchement définitif de l’un des candidats restés en lice pour le second tour, la Cour constitutionnelle déclare qu’il soit procédé de nouveau à l’ensemble des opérations électorales ».

C’est le cas. Denis Sassou Nguesso n’est donc plus président.

Une transition politique s’impose pour sauver l’unité du pays.

CDRC Editor
Paris, le 6 avril 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s